Auteur de BD, on lui doit les aventures, désormais cultes, de Lapinot, mais aussi ces "Petits riens", ou encore le scénario de la série "Donjon". La cité de la BD d'Angoulême s’apprête à lui consacrer une grande exposition. Lewis Trondheim est l'invité d'Augustin Trapenard.

Capture d'écran de "Comment j'ai dessiné Lapinot", la leçon de dessin de Lewis Trondheim
Capture d'écran de "Comment j'ai dessiné Lapinot", la leçon de dessin de Lewis Trondheim

Il a contribué au renouveau de la BD dans les années 90. Son univers décalé, volontiers zoomorphe et monstrueux, a été salué par la critique et par ses pairs. Son histoire est celle d'un pur autodidacte.

La cité de la BD d'Angoulême lui rend hommage à travers une grande exposition

On parle de la planète, de fin du monde, de zombies, de René Dumont, de Moebius, mais aussi de dessin et de l'avenir de la BD, avec Lewis Trondheim, invité de Boomerang. 

"Entretiens avec Lewis Trondheim", et "Les nouvelles aventures de Lapinot", vient de paraitre à L'Association

Extraits de l'émission

"Les attentats de Charlie Hebdo ont changé quelque chose dans ma volonté de dire quelque chose sur le monde. Je ne pouvais plus juste faire de la BD un peu rigolote" 

"J’ai mis 30 ans à savoir faire un trait droit" 

"Je suis né avec la BD. Tandis qu’elle était un moyen pour d'autres de gagner leur vie, elle était pour moi une manière de raconter le monde."

"Je n’aime pas tellement dire que la BD est un art. C’est assez prétentieux. Si dans ma vie d’auteur ou ma vie personnelle, je fais en sorte de changer la vie de deux personnes, je suis heureux".

"Les auteurs de BD attendent depuis longtemps un régime spécial. (...) Mais on se retrouve avec un gouvernement amateur qui fait les choses par dessus la jambes."

"J’ai appris à avoir du plaisir à dessiner." 

Programmation musicale

  • ISRAEL KAMAKAWIWO OLE – Over the rainbow
  • JUNIORE - Ah bah d'accord

📖  LIRE | Lewis Trondheim : « Créer doit être un plaisir, pas une souffrance »

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.