Il est romancier et depuis "Autoportraits en noir et blanc", jusqu’à "Comment vivre en héros" en passant, évidemment par "L’origine de la violence", il interroge le lien entre le réel et la fiction. Son huitième roman, "Le monde n’existe pas", vient de paraitre. Fabrice Humbert est l'invité d'Augustin Trapenard.

Fabrice Humbert
Fabrice Humbert © AFP / Patrick Fouque / Photo12

Dans "Le monde n'existe pas", il nous plonge au cœur d’une enquête haletante frôlant la paranoïa, sur fond de désir, d’illusions et de violence. L'histoire d'un homme que tout accuse, et dont un ami d'enfance va chercher à prouver l'innocence. Une construction narrative implacable.

On parle de l'affaire Griveaux, de fiction, de complot, de violence, de livre avec Fabrice Humbert, invité de Boomerang.

Extraits d'émission

"L’affaire Griveaux me frappe car elle pose la question du récit. J’ai ressenti une pitié pour la chute de l’homme. Griveaux est le personnage d'Aristote : ni trop vertueux, ni trop injuste. Tout ce qu’il vit pourrait nous arriver."

"Dès qu’on raconte une histoire, il y a fiction. L’humanité est une espèce qui se raconte des histoires, et réalise ces histoires : c’est par grands récits qu'avance l'être humain."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"On se choisit un bouc émissaire lorsque la société est malade : le supprimer, c’est effacer la souillure, purger la société. Cette hystérie contemporaine me questionne et m’inquiète, comme tout le monde, j’imagine."

"Comme toutes les amours, mon amour pour la littérature a commencé originellement, c’est-à-dire aussi loin que je m’en souvienne. Je n’admire rien de plus que les histoires. Les livres m’ont protégé du réel, peut-être pendant trop longtemps."

"Je n’ai jamais vraiment su pourquoi j’écris… Peut-être parce que le réel ne sera jamais suffisant…"

Carte blanche 

Pour sa carte blanche, Fabrice Humbert a écrit un texte inédit

Programmation musicale

WOODKID - Iron

EZECHIEL PALHIES - Bien Certain

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.