Auteur, compositeur et interprète, son neuvième album, "Haute-Fidélité" parait la semaine prochaine. Crépusculaire, écorché et exaltant, il ressemble à un exorcisme, mélancolique et salutaire. Raphaël est l'invité d'Augustin Trapenard.

Raphaël à la cérémonie des Cesar en 2019
Raphaël à la cérémonie des Cesar en 2019 © AFP / Thomas SAMSON

Depuis le succès de "Caravane" il y a dix-huit ans, il n'a cessé de se réinventer et de nous surprendre, notamment grâce à son recueil "Retourner à la mer", Goncourt de la nouvelle en 2017. Dans "Haute Fidélité", son nouvel album, il convoque les fantômes de notre époque et rend hommage à son ami Christophe. On parle d'aujourd'hui, de Milan Kundera, de David Bowie et de la nuit, avec Raphaël, dans Boomerang. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extraits de l'entretien

Raphaël :"Etre intrépide sur le plan musical, ça veut dire être très libre : mélanger tout ce qu'on veut, toutes les influences, et ne pas avoir peur du public. Chaque album est une page blanche pour moi, comme s'il y avait eu un tremblement de terre"

"Dans un livre, on peut parler de mille choses : de politique, de philosophie... alors qu'il n'y a rien de pire qu'une chanson philosophique ! La chanson, pour moi, c'est le lieu de l'amour."

"Dans la vie, on est en permanence en exil de son enfance. C'est un lieu où on ne pourra jamais revenir"

"Le numérique est comme une mémoire externe de notre vie, qui nous échappe dans le cloud. Il y a quelque chose qui m'angoisse : si je ne paye pas mon abonnement, j'ai l'impression que c'est ma vie entière qui va disparaître !"

"Il y quelque chose chez David Bowie qui me trouble énormément : le décalage entre sa voix grave, et son allure délicate, ça brouille tous les compteurs"

Programmation musicale

RAPHAËL - Je suis revenu

Carte blanche 

Pour sa carte blanche Raphaël a choisi de reprendre "La nuit n'en finit plus" de Petula Clark. 

Les invités
L'équipe