En raison des circonstances exceptionnelles liées au Covid19, Boomerang vous propose une rediffusion de ses plus beaux entretiens. Aujourd'hui, le musicien et chef d'orchestre Daniel Barenboim, reçu en novembre dernier à l'occasion du trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin.

Daniel Barenboim
Daniel Barenboim © Getty

Né en Argentine, il a voyagé et vécu dans le monde entier. Musicien prodige, chef d'orchestre acclamé, il a fait de la musique un instrument de paix. Quelques jours après la chute du mur de Berlin, il dirigeait un concert qui est entré dans l'histoire. Daniel Barenboim était dans Boomerang. 

Le mot d'Augustin

Je me souviens qu’il n’était pas du tout d’humeur, ce matin-là - et qu’il s’était ouvert au fil de l’entretien. Petit à petit, son front s’était déridé, puis son visage tout entier, avant le sourire, le rire, l’humanité. Il parlait de ce concert avec l’Orchestre philharmonique de Berlin le jour de la chute du mur, et revenait au gré d’anecdotes intimes, de réflexions et de souvenirs de musicien sur les triomphes et les échecs d’un moment historique, trente ans plus tôt. C’était un prisme fascinant. L’émotion d’une mère et de son fils qui se retrouvent après des années autour de Beethoven, la force d’un ensemble où chaque artiste compose avec le passé de chacun en même temps que le sien, le sentiment que c’est un instant magique ou que ça ne sert à rien. Je me souviens qu’il disait qu’il fallait du courage pour jouer Beethoven. Et cette idée de courage était dans tout ce qu’il racontait, depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui. Le même morceau, joué et rejoué toute une vie, exigeait chaque fois la même envie, la même précision, le même génie. Il s’était mis soudain à mimer son travail de chef d’orchestre, levant le bras, regardant à droite et à gauche, imaginant l’ensemble qui se déploie et s’harmonise. Il m’avait dit que c’était aussi pour écouter, apprivoiser et produire des silences qu’il avait fait tout ce qu’il avait fait. C’est l’une des plus belles leçons de musique qu’on m’ait jamais donnée

Programmation musicale

LOUIS ARMSTRONG / DUKE ELLINGTON – It Don’t Mean a Thing

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.