Elle est philosophe, historienne, spécialiste, entre autre, de la Révolution Française et observatrice avisée de son époque. Dans "Portrait d'une historienne", un livre de dialogues, elle revenait sur son parcours, à bien des égards, exemplaire. Mona Ozouf est l'invitée d'Augustin Trapenard.

Mona Ozouf, historienne et philosophe française
Mona Ozouf, historienne et philosophe française © Maxppp / Claude Stefan

Dans l'introduction de Portrait d'un historienne, (Flammarion) elle interroge la crise du sentiment national au regard du mouvement du gilets jaunes. On parle de république, d'identité, de Bretagne et d'imagination avec Mona Ozouf, invitée de Boomerang.  

La spontanéité n'était pas entière dans les cahiers de doléances, il y avait des villages où on ne parlait pas français. C'était la plume éclairée qui pouvait exprimer la doléance.

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Mona Ozouf a écrit un texte inédit : 

« Au cours élémentaire, la maîtresse nous faisait voir notre situation excentrique, tout à gauche de la carte. Surtout pas « à gauche », disait-elle, il faut dire « à l’Ouest ». Je me représentais alors la Bretagne comme une barque. Cette barque, sans doute, s’était embourbée du côté de ses compactes marches orientales. Mais j’imaginais quelque accident sismique, un raz-de marée qui permettrait à la nacelle bretonne de larguer ses amarres, vers plus d’Ouest encore. Rêve enfantin : je le poursuis aujourd’hui dans le train de Montparnasse, entre Laval et Vitré, en guettant les signes qui, en dépit de la continuité du bocage, attestent qu’on entre en Bretagne : maisons basses, décrochement spasmodique des pignons, bleu des ardoises, blanc des crépis, argent du granit que le lichen  fleurit. Au printemps, sur les talus,  les « bouquets de lait » (en breton, les primevères). En automne, la bruyère. En toutes saisons, le vent d’Ouest, ce « juge du temps », dont les souffles vifs annoncent une mer proche, quoiqu’invisible. C’est une autre terre : la pragmatique Bretagne d’aujourd’hui arbore la fierté d’avoir su, sabots joints, sauter dans la modernité.  Pourtant  l’irrationnel s’y mêle toujours à l’existence quotidienne. Ici, comme l’a écrit Charles Le Quintrec, « Dieu vient chaque jour boire un verre en voisin ». Elle a beau n’être pas devenue l’île de mes fantasmes d’autrefois, pour accoster on doit rompre  une amarre intérieure, prendre peu ou prou la mer. »

📖  Mona Ozouf : "Pendant longtemps, être breton était une honte"

Programmation musicale :

  • Diam's – "Ma France à moi"
  • Saulo Duarte – "Flor do sonho"
Les invités
  • Mona OzoufPhilosophe, historienne, spécialiste de la Révolution française,
Programmation musicale
  • DIAM'SMa France A Moi (Radio Edit)Label : CAPITOL MUSIC2006
  • Saulo Duarte
    Saulo DuarteFlor do sonho2019
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.