Pour clore cette semaine à l'heure européenne dans Boomerang, direction Berlin avec l'un des plus grands metteurs en scène du théâtre contemporain, Thomas Ostermeier, invité d'Augustin Trapenard.

Thomas Ostermeier
Thomas Ostermeier © AFP / Stéphane de Sakutin

Pour clore cette semaine spéciale européenne, direction la Schaubühne de Berlin, avec son co directeur, Thomas Ostermeier, qui pose dans Boomerang, un regard sans concession sur l'Europe d'aujourd'hui. 

On parle de la place et de statut très particulier de l'Allemagne dans la construction de l'union, du lourd passé de la ville de Berlin, de la montée des nationalismes, de Bertol Brecht, de Thomas Mann et du rôle des arts dans nos sociétés avec Thomas Ostermeier ! 

Lecture, "À ceux qui viendront après nous" de Bertol Brecht

Vraiment, je vis en de sombres temps !   Un langage sans malice est signe   De sottise, un front lisse   D’insensibilité. Celui qui rit   N’a pas encore reçu la terrible nouvelle.

Que sont donc ces temps, où   Parler des arbres est presque un crime   Puisque c’est faire silence sur tant de forfaits !   Celui qui là-bas traverse tranquillement la rue   N’est-il donc plus accessible à ses amis   Qui sont dans la détresse ?

C’est vrai : je gagne encore de quoi vivre.   Mais croyez-moi : c’est pur hasard. Manger à ma faim,   Rien de ce que je fais ne m’en donne le droit.   Par hasard je suis épargné. (Que ma chance me quitte et je suis perdu.)

On me dit : mange, toi, et bois ! Sois heureux d’avoir ce que tu as !   Mais comment puis-je manger et boire, alors   Que j’enlève ce que je mange à l’affamé,   Que mon verre d’eau manque à celui qui meurt de soif ?   Et pourtant je mange et je bois.

J’aimerais aussi être un sage.   Dans les livres anciens il est dit ce qu’est la sagesse :   Se tenir à l’écart des querelles du monde   Et sans crainte passer son peu de temps sur terre.   Aller son chemin sans violence   Rendre le bien pour le mal   Ne pas satisfaire ses désirs mais les oublier   Est aussi tenu pour sage.   Tout cela m’est impossible :   Vraiment, je vis en de sombres temps !

(Sur une musique d’Alice Bowman, Waiting)

Programmation musicale

Barbara- Göttingen

Clara Luciani - Nue

Aller plus loin

Retrouvez les entretiens réalisés avec les autres grands noms de la scène européenne :

Les invités
Programmation musicale
  • CLARA LUCIANINue (single edit)2019
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.