Artiste plasticienne, photographe, autrice, membre de l’Oulipo, reine du détournement, elle pose sur le monde un regard décalé, en maniant avec délice et humour images, textes, références et polices, au gré d'astucieux montages. Clémentine Mélois est l'invitée d'Augustin Trapenard.

Clémentine Mélois
Clémentine Mélois © AFP / JOEL SAGET

Elle s'est notamment fait connaitre par ses couvertures détournées de grands classiques. Les six fonctions de langage, son roman-photo, sort la semaine prochaine. Débauche d’images lascives sur fond de Roland Barthes et dépravations lexicales à gogo. On parle de brosse à dents, de livres, de sacré et de questions avec Clémentine Mélois

Extraits de l'entretien

"Le réel est une source de grande perplexité : tout m'interpelle, tout est prétexte à se raconter des histoires, tout est bizarre.Une souris d'ordinateur par exemple : pourquoi on appelle ça une souris ?"

"Le détournement et le montage visuel, c'est une manière pour moi de regarder autrement le réel. Je ne change pas le ciel gris en ciel bleu, mais je rends compte des fourche-langues visuels que j'ai dans la tête"

"Je suis goulue de mots, parce que la façon dont on parle est une vraie curiosité. Les mots racontent une histoire, ils racontent d'où l'on vient. Moi par exemple, je suis lorraine par ma mère, et en Lorraine on dit ''je suis narreuse'', on ne le dit pas ailleurs"

"Certains mots sont horribles : ''potage'' par exemple, c'est affreux. D'autres sont magnifiques : ''palimpseste'' est un mot splendide"

"Je ne m'habitue jamais à rien. On appelle ça un déficit d'inhibition latente paraît-il. C'est un peu fatigant parfois, mais ça donne des idées"

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Clémentine Mélois a écrit un texte inédit.

Programmation musicale

  • The Monthy Python - Always look on the bright side of life
  • Hervé - Monde meilleur
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés