Après "Mean Streets", "Les Affranchis", "Casino" ou encore "Les infiltrés", il poursuit l'exploration d’un genre qu’il n’a cessé de renouveler. "The Irishman", c’est le nom de son nouveau film, en ligne sur Netflix, aujourd’hui même. Martin Scorsese est l'invité d'Augustin Trapenard.

Martin Scorsese, immense réalisateur italo-américain, avec un goût tout particulier pour le milieu mafieux !
Martin Scorsese, immense réalisateur italo-américain, avec un goût tout particulier pour le milieu mafieux ! © AFP / Daniel Leal-Olivas

Depuis ses débuts, il croque l'envers du rêve américain. 

The Irishman, son nouveau film sort aujourd'hui, sur Netflix.

Une fresque à la fois grandiose et intime avec Robert De Niro, Al Pacino ou encore Jo Pesci. Du grand cinéma.

On parle du mal, d'âge d'or, du Joker, de cinéma, d'écrans, d'humanité, d'acteurs, de vieillissement avec Martin Scorsese, invité de Boomerang.

Extraits de l'émission 

"On peut dire que tous les gouvernements sont des mafias. Mais c'est du cynisme (...) parce que le Mal est dans la nature humaine." 

"Aujourd'hui, les cinéastes sont marginalisés par des 'produits de cinéma', des films faits uniquement pour être consommés puis jetés." 

"À Hollywood, personne n'était intéressé par The Irish Man.  Les seules personnes qui ont accepté de soutenir le projet, de me laisser la main libre sur la création, c'est Netflix".

"Lorsque j'étais petit, ma famille se réunissait pour voir des films néoréalistes italiens à la télévision. Mes grands-parents d'origine sicilienne se voyaient à l'écran. (...) Cette relation entre le cinéma et la vie m'a frappé et ne m'a jamais quitté" 

"Ce qui nous amène à chérir le Mal ? La cupidité, bien souvent."  

"J'ai besoin d'aimer mes acteurs pour faire du cinéma. C'est la clé de ma réussite."

Programmation musicale

The five satins - In the still of the night

Oxmo Puccino/Orelsan - Ma life

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.