Comédienne, égérie de la Nouvelle vague, femme de théâtre, elle est aussi romancière. Dans "Vania, Vassia et la fille de Vassia", elle retrace le destin de trois immigrés cosaques. Un hymne quasi patriotique, un éloge du féminin, autant qu’un autoportrait en creux. Macha Méril est l'invitée d'Augustin Trapenard.

Macha Méril en janvier 2020 à la Cinémathèque française à Paris
Macha Méril en janvier 2020 à la Cinémathèque française à Paris © Getty / Stephane Cardinale - Corbis

"Une femme mariée" de Jean-Luc Godard en a fait une égérie de la Nouvelle Vague. Elle était aussi romancière. Dans "Vania, Vassia et la fille de Vassia", elle retrace le destin d'une famille issue de l'immigration russe, et rend hommage à un pan de son histoire familiale, également marquée par l'exil. 

On parle de femmes, de pouvoir, de noms, d'identité, d'amour et de désir avec Macha Méril, invitée de Boomerang

Extraits de l'émission

"On critique le pouvoir, mais on oublie que c'est une charge : il faut être capable de le supporter. La littérature est un pouvoir : celui de rendre lisibles des idées confuses. Moi, j’écris simplement, car je veux être lue par tous."

"L’espoir me donne de la force. Je veux être digne de ceux qui m’ont aimée. Quand Michel est parti, je n’ai plus été la même : je tire cette force du malheur, qui est une énergie comme le reste."

"Depuis que j’écris, on me dit d’écrire sur ma famille de princes russes. Pourtant, je suis née en France, dans la pauvreté. Les Russes pensent que les Français sont d’un rationalisme incompréhensible, et les Français pensent que les Russes sont fous !"

"Michel Legrand m’a obligée à être une personne extraordinaire. L’amour n’est pas un confort, mais pousse les autres à devenir une espèce de géant. Je veux maintenant faire ce qu'il attendait de moi..."

"Le cinéma, avant, était très politique. Chaque film de Godard, qui est la Nouvelle Vague à lui tout seul, était prémonitoire. Nos cinéastes aujourd’hui sont trop bien-pensants. Je pense que le cinéma est plus fort que la politique, ou la discussion."

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Macha Méril a choisi de lire un montage de textes de Marguerite Duras. 

Programmation musicale

  • Michel Legrand - Les moulins de mon coeur
  • ROSALIA – Di mi nombre
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.