Son œuvre romanesque et poétique en a fait une icône des lettres cubaines et une incarnation de la résistance au régime de Castro. Zoé Valdès est l'invitée d'Augustin Trapenard.

Zoé Valdès à Paris en 2012 après avoir reçu la médaille Vermeil de la Mairie de Paris des mains de Bertrand Delanoë.
Zoé Valdès à Paris en 2012 après avoir reçu la médaille Vermeil de la Mairie de Paris des mains de Bertrand Delanoë. © AFP / François Guillot

Entre La Havane mon amour, (Arthaud) son dernier livre et son témoignage dans Paroles d’exil (L'Harmattan)elle nous parle de ce que signifie être privée de son pays.

Il y a 40 ans, Zoé Valdès écrivait le poème "La vieille Havane". Elle y parle de la pénurie qui touche son pays. Elle présente La Havane comme une femme battue et consentante. Il commence avec ce premier vers : "La Havane n'en peut plus...". Elle en lit un extrait pour Boomerang.

Extraits de l'émission

Programmation musicale

Bernard Lavilliers, L'exilé / Ibeyi, Away away

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.