Il est philosophe, professeur émérite de l’Ecole Normale Supérieure, auteur d’une œuvre protéiforme et vaste. Il publie "On a raison de se révolter", un court ouvrage dans lequel il revient sur les enjeux de mai 68, et nous invite à retrouver le courage d’avoir des idées. Alain Badiou est l'invité d'Augustin Trapenard.

Alain Badiou
Alain Badiou © AFP

« Il faut en finir avec les visions stéréotypées de Mai 68, qui vont à coup sûr nourrir les célébrations comme les vitupérations, les nostalgies comme les procès de ce mois symbolique à l’occasion de son cinquantenaire. Au fond, en Mai 68, ce qui nous animait, ce qui nous enthousiasmait, était la conviction qu’il fallait en finir avec les places sociales, que le renversement de l’impitoyable, de la sordide hiérarchie des fortunes, des libertés et des pouvoirs était politiquement possible, à travers un type inédit de prise de parole et la recherche tâtonnante de formes d’organisation adéquates à la nouveauté de l’événement. Si nous portons toutes les leçons de Mai 68 au cœur du monde vivant, nous pourrons, oui, mais seulement sous ces conditions, redire et suivre l’appel de Mao : “On a raison de se révolter.” »

Programmation musicale

Jean Ferrat, Au printemps de quoi rêvais-tu ? / The Blaze, Heaven

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Alain Badiou a choisi Le cimetière marin de Paul Valéry lu par Jean Vilar. 

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.