Elle est musicienne et signataire de l’appel “Nous voulons des coquelicots” lancé par Fabrice Nicolino et Charlie Hebdo. À une semaine de la marche pour le climat et à quelques jours seulement du lancement de la COP24, elle vient nous parler d'écologie. Emily Loizeau est l'invitée d'Augustin Trapenard.

Emilie Loizeau, en concert au Printemps de Bourges, le 16 avril 2016.
Emilie Loizeau, en concert au Printemps de Bourges, le 16 avril 2016. © AFP / Guillaume Souvant

Elle a fait partie des toutes premières signataires de l'appel "Nous voulons des coquelicots" pour l'interdiction des pesticides. En soutien à la cause, elle a composé une chanson, "Viens avec moi mon vieux pays", co-réalisée par Blind Seats, et dont les bénéfices seront reversés au mouvement "Nous voulons des coquelicots". Elle nous la révèle en avant-première. On parle d'engagement, de climat et d'Europe avec Emily Loizeau

Le temps du politique est devenu le temps des intérêts et de la gestion de ces intérêts. Ce sont les lobbies qui ont le pouvoir et qui influent le politique. C'est notre responsabilité de changer le système.

On demande aux gens d'être taxés sur l'essence alors qu'on ne leur propose rien d'autre. Aucune alternative n'est investie, or la priorité reste la transition écologique.

Je rêve d'une Europe migrante et solidaire, qui prenne ses responsabilités humanistes. Une Europe forte face aux intérêts financiers, une Europe culturelle qui protège les droits d'auteur.

Pour signer l'appel des Coquelicots, cliquez ici

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Emily Loizeau a choisi de reprendre "The Time They Are A Changin'" de Bob Dylan.

Programmation musicale :

  • Emily Loizeau et Blind Seats – "Viens avec moi mon vieux pays"
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.