C’est une femme de mots à qui l’on doit l’un des plus beaux répertoires de la chanson française. Au gré de grandes et mélancoliques mélodies, elle convoque à l'envie absences, départs et rendez-vous manqués. Aujourd'hui, on parle fantôme, amour et poésie avec Françoise Hardy, invitée d'Augustin Trapenard.

Françoise Hardy
Françoise Hardy © Getty / Benhamou / Catarina

Avec le triomphe de son dernier album Personne d'autre, Françoise Hardy confirme à nouveau sa singularité dans le paysage et l'histoire de la chanson française. Dans cet entretien, Françoise Hardy revient sur son passé, sa passion pour la littérature et l'écriture, son amour des mélodies – et peut-être sur l'amour tout court. 

Les confessions de François Hardy au micro d'Augustin Trapenard

J'attends d'une mélodie qu'elle me remue, qu'elle me bouleverse. C'est de la douleur transformée en beauté.

J'étais une jeune fille excessivement naïve. Mais de la naïveté découle l'idéalisme par la suite.

Ce qui me fait peur c'est la souffrance. La mort, c'est celle du corps physique et la libération de l'âme.

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Françoise Hardy a choisi de lire un extrait du roman Métamorphoses d'un mariage de l'écrivain hongrois Sándor Márai (1980).

Programmation musicale

« Personne d'autre » – Françoise Hardy

« La maison où j'ai grandi » – Françoise Hardy

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.