En quelques années, elle est devenue l’une des grandes voix de la pensée du féminin. L’année dernière, elle publiait "Sorcières, la puissance invaincue des femmes", et se penchait sur l’histoire niée et méconnue de persécutions qui n’ont pas fini de nous hanter. Mona Chollet est l'invitée d'Augustin Trapenard.

Mona Chollet, auteur (entre autres livres) de "Sorcières : la puissance invaincue des femmes"
Mona Chollet, auteur (entre autres livres) de "Sorcières : la puissance invaincue des femmes" © Editions La Découverte

Journaliste et essayiste, elle interroge le féminin autant que le réel et les fantasmes

De Beauté fatale à La Tyrannie de la Réalité, sa pensée nous invite à voir le monde autrement. 

Dans Sorcières, la puissance invaincue des femmes, elle déconstruit les préjugés liés à la figure de la sorcière.

On parle de l'obsession du voile, de chasse aux sorcières, de "balance ton porc", de vieillesse, d'imagination et de la possibilité d'un autre monde avec Mona Chollet, invitée de Boomerang.

Extraits de l'entretien

"Je crois qu'un corps soustrait aux influences sociales n'existe pas, surtout celui des femmes"

"Il faut essayer de comprendre les normes plaquées sur notre corps de femme pour essayer de se les réapproprier.(...) Comprendre que demander à une femme d'être mince était lui demander de prendre peu de place, au sens premier du terme, est un garde-fou pour moi"

"Je vois l'écriture comme une forme de sorcellerie. Tout processus de création est une forme de magie. Quand on commence le chemin, on ne sait jamais où il va nous mener"

"La sagesse et l'expérience sont valorisées chez les hommes mais redoutées chez les femmes.  Il y a une peur misogyne des femmes qui prennent trop de place ou parlent trop haut"

"Aujourd'hui, il y a une désinhibition de l'affirmation d'être sorcière.  Le rapport au monde technicien purement rationnel montre ses limites. La sorcière, elle, propose un autre rapport au monde, plus attentif à la nature qui nous entoure"

"Contrairement à ce que l'on pense, les persécutions envers les sorcières ont été les plus intenses à la Renaissance, une période associée à la sortie de l'obscurantisme. (...) Aujourd’hui, nous sommes les héritiers de ces chasses aux sorcières"

"On peut faire un rapprochement entre les femmes voilées et les femmes accusées de sorcellerie aux XVI et XVIIe siècles.  Dans les deux cas, elles sont dépourvues de pouvoir mais accusées de miner la société"

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Mona Chollet a choisi de lire un texte de l'activiste et militante féministe et sorcière, Starhawk, extrait de son livre Rêver l'obscur. 

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.