Crooner intemporel, depuis ses débuts il y a trente ans, il rend hommage à une certaine chanson française, revisitant à l’envie sa passion pour le swing, le blues, le rock et les sonorités latines. Dany Brillant est l'invité d'Augustin Trapenard.

Dany Brillant en décembre 2017 au Téléthon sur France Télévision à Nogent-sur-Marne
Dany Brillant en décembre 2017 au Téléthon sur France Télévision à Nogent-sur-Marne © Getty / Julien Hekimian

La semaine dernière, paraissait le deuxième volume de son disque dédié à Charles Aznavour. Un disque de duos, où se croisent Ibrahim Maalouf, Florent Pagny, Patrick Bruel, Anguun, Chimène Badi et beaucoup d’autres. Dany Brillant est dans Boomerang

Extraits de l'entretien

"Dean Martin était la synthèse de tout : la décontraction, la nonchalance, la séduction. Il était tout ce que je n’étais pas. C’est devenu mon modèle: je me suis habillé comme lui, je me suis coiffé comme lui et j’ai voulu chanter comme lui."

"Au début, je manquais de confiance en moi. J’ai vite compris que quand on monte sur scène, on oublie celui qu’on est dans la vie et on devient quelqu’un d’autre. En se déguisant, en s’habillant, on peut rentrer dans la peau d'un personnage."

"Je fais partie d’une génération qui aimait la musique de leurs parents. Je me suis rebellé contre certaines choses, mais pas contre leur musique. Aujourd’hui, mes enfants préfèrent des choses plus transgressives, plus urbaines !"

"Charles Aznavour est un révolutionnaire. Il est arrivé dans la France des années 1950 avec une voix très écorchée, proche du micro. Ses chansons parlaient des petits, des artistes ratés, de l’homosexualité: des sujets qu’on n'abordait pas à l’époque"

"Il y a des personnes qui allument chez vous un désir, peut-être parce qu’ils disent de manière lucide quelque chose que vous n’arrivez pas à dire. Pour moi, c’était les crooners."

"Je viens d’une génération très pop rock: les Rolling Stones, les Beatles... Le crooner est arrivé juste avant. C’est quelqu’un qui caresse l’oreille. ‘To croon’ veut dire miauler. C’est l’invention du micro qui a permis ça."

Carte blanche

Pour sa carte blanche Dany Brillant a choisi de reprendre "Je me suis fait tout petit" de Georges Brassens. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Programmation musicale  

DANY BRILLANT / FLORENT PAGNY – Nous nous reverrons un jour ou l'autre

L'équipe