Elle est la révélation du chant lyrique de ces dix dernières années, déjà auréolée de quatre Victoires de la musique classique, elle se produit sur les plus grandes scènes du monde entier. Sabine Devieilhe est dans Boomerang.

Sabine Devieilhe
Sabine Devieilhe © Warner

Soprano colorature, elle pose sa voix sur des airs et des cantates, tantôt sacrées, tantôt profanes de Bach et Handel, avec l'ensemble Pygmalion sous la direction de Raphaël Pichon, réunis sur un disque qui sortira vendredi. Sabine Devieilhe est dans Boomerang. 

Comme nous tous, Sabine Devieilhe chante dans sa salle de bain. Soit elle y travaille ses rôles, soit elle se chante des petites chansons, doucement : "C'est un moment pour soi qui est toujours très privilégié". Il lui arrive même de chanter la reine de la nuit, un rôle qu'elle a joué des dizaine de fois, mais dont elle ne se lasse pas : "C'est chaque fois différent. Quand je suis seul dans ma salle de bains, justement, je n'ai pas la pression du public."

Ce rôle, c'est l'Everest de la soprano colorature : "C'est un rôle que j'avais déjà dans mon cartable au Conservatoire. J'avais La flûte enchantée, mais surtout ce fameux air Der Hölle Rache, qui est un air de colère dans lequel Mozart s'est régalé avec des fameux contre fa qui sont un truc un peu inatteignable. Et finalement, quand on l'atteint parce que ça fait partie de notre voix, les gens adorent et du coup, nous aussi." 

Ce qui est ce qui est merveilleux, c'est de sentir la tension entre la scène et la salle. Et ça marche pour cet air. On le sent les gens suspendus. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Comment fait on pour chanter de manière singulière un des arias les plus connus de l'histoire du chant lyrique, un tube pour en livrer une interprétation personnelle ? 

Sabine Devieilhe : "C'est un joyeux mélange entre beaucoup, beaucoup de travail. Les cordes vocales, c'est vraiment minuscule et notre travail pour un peu toute la tessiture, mais je pense particulièrement pour la tessiture de soprano colorature, c'est d'enlever la pression qu'on pourrait mettre sur ses cordes vocales. Il faut que le corps soit ultra engagé. Et puis, c'est un travail d'orfèvre. Il faut travailler chaque jour pour connaître son instrument maximum, sur toute la tessiture, sur tout l'ambitus. On appelle ça un ambitus, la note la plus grave jusqu'à la plus aiguë. 

Une bonne interprétation, c'est de réussir, à avoir assez travaillé à la maison pour pouvoir basculer quand on est sur scène

Moi, quand j'ai commencé à la chanter, ce qui me posait plus problème, ce n'était finalement pas les suraiguë puisqu'ils sont dans ma voix. Ce sont des notes qu'on a ou qu'on n'a pas. Le truc qui me posait problème au début, c'était surtout tout le reste du rôle, c'est à dire les médiums. Et puis la colère de cette mère."

Carte blanche

Pour sa carte blanche, Sabine Devieilhe a choisi de faire une reprise d'un titre de Pomme et d'un air de "Pelléas et Mélisande" de Debussy.  

Programmation musicale 

SABINE DEVIEILE - MEIN HERZ SCHWIMT IN BLUTT – BVW. 199. N°8 Aria «  Wie freudig ist mein Herz »

Les invités
L'équipe