Giuliano, Christian et P'tit Killer sont trois adolescents désoeuvrés. Ils vivent dans un monde en guerre. Quelle guerre ? On ne sait pas. Leur monde est limité à leur village. Leur vie est faite de débrouille. C'est l'histoire d'une fuite avec en toile de fond l'argent et la violence.

Extrait de la couverture de la BD "Notes pour une histoire de guerre", de GIPI (Actes Sud BD)
Extrait de la couverture de la BD "Notes pour une histoire de guerre", de GIPI (Actes Sud BD)

A cette époque là, nous passions notre temps sur la colline. Notre vallée semblait dormir, blessée comme après une cuite carabinée. Mais en regardant bien, on voyait les trous des bombes

Guiliano est le conteur. Christian est orphelin. P'tit killer est un enfant de la rue. Survivre à la guerre, c'est vivre de la débrouille, dormir où l'on peut. Survivre à la guerre, c'est éviter de croiser le chemin des miliciens. Pour Giuliano et Christian, survivre, c'est aussi suivre P'tit Killer quoi qu'il arrive. Car lui n'a peur de rien. Ni des snipers en embuscade, ni des caïds comme Félix à qui ils veulent vendre leur marchandise.

Fais moi voir tes mains. Les doigts des mains, ça apprend plein de trucs sur les gens

Dans ce monde en guerre, version Gipi, l'humanité n'a pas vraiment sa place. Les trois adolescents vont se mettre au service de Félix. Collecter les dettes, armes au poing sera leur quotidien. Il y a un côté Gomora de Mattéo Garrone dans le livre de Gipi. Entre mafia et ivresse de la violence, les trois adolescents vont plonger. Chacun à sa façon. Giuliano en observateur, Christian en suiveur et P'tit Killer en leader, mais tous les trois sont subjugués par l'appât du gain. 

Futuropolis réédite un roman graphique paru 2004

Notes pour une histoire de guerre a été pensé, imaginé bien avant les révolutions du printemps arabe, bien avant le conflit syrien. Mais à la lecture de ce premier roman graphique, on devine déjà un Gipi inquiet du monde qui l'entoure. En 2017, il a publié Terre des fils qui pourrait être lu comme la suite inévitable de Notes pour une histoire de guerre. Le monde que l'on connaissait est fini. C'est la victoire de l'anarchie. Le dessin est vif. Les hommes ont des têtes d'affreux. Il y a comme une urgence dans le dessin de Gipi. Après la guerre, que deviennent les hommes sur une terre dévastée ? Comment survivre ? L'auteur italien déjà récompensé par un fauve d'or au Festival international de la Bande dessinée d'Angoulême en 2006, interroge sur le passage de l'enfance à l'âge adulte. Ces deux romans graphiques sont intrigants, dérangeants, mais d'une force exceptionnelle.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.