"Le bateau de Thésée" et "L'île infernale" traitent tous les deux de l'enfermement. Les deux héros de ces deux histoires sont prisonniers de leur passé. L'un a la possibilité de changer le court du temps, l'autre de sauver une vie.

Le Bateau de Thésée Planche Ed Vega
Le Bateau de Thésée Planche Ed Vega © Toshiya Higashimoto

Le bateau de Thésée de Toshiya Higashimoto

Il y a des histoires de familles qui vous empêchent de vivre votre vie normalement. Shin a 28 ans.  Avec sa femme Yuki, ils attendent un enfant. Shin est professeur, mais il est incapable d'enseigner.  Car son nom est lié à un fait divers atroce qui le poursuit. Juste avant sa naissance, son père, policier de son état, a été accusé d'un meurtre de masse. 21 personnes empoisonnées, des femmes et des enfants de son village. Cette histoire a mis sa famille au ban de la société. Shin qui a épluché la presse de l'époque, a tout consigné dans un carnet. 

Sano continue de clamer son innocence. Et s'il était victime d'une erreur judiciaire ?

Il faudra un événement pour qu'il s'y plonge, la naissance de son enfant et la mort en couche de son épouse. Quel père peut-il être, si à son tour, il ne peut pas protéger son enfant de l'infamie ? Shin décide donc de se rendre dans le village où tout a commencé. Mais tout ne va pas se passer comme prévu. Au fur et à mesure qu'il entre, à pied, dans Oto Usu, une brume intense l'entoure. Quand elle se dissipe, il découvre le village de ses parents, tel qu'il était, 6 mois avant le drame. Shin se retrouve donc dans la position de celui qui sait tout et qui peut, changer le cours du temps.

L'art de la narration version Higashimoto disciple d'Urasawa.

Toshiya Higashimoto décide d'emprisonner en quelque sorte, Shin dans le huis clos d'un village où il se passe des choses étranges.  Tout le monde paraît suspect. A la manière des classiques du manga type Monster d'Urazawa, il y a chez Higashimoto une écriture digne d'une série. Un dessin aux contours doux, sans le côté caricature que l'on peut voir parfois dans les mangas. Une chose intrigue aussi, le titre. Le bateau de Thésée qui n'a rien à voir à priori, avec notre sujet. Sauf que le bateau de Thésée est un paradoxe. Pour perpétuer le souvenir de Thèsée, les Athéniens ont entretenu son bateau. Au fil des années, ils ont changé ses planches usées. Mais peut-on dire pour autant que le navire soit resté le même ? Même le titre de ce manga est malin ! Le bateau de Thésée paru chez Vega.

L'île infernale saison 2 de Yusuke Ochiai

L'île infernale Planche Ed Komikku
L'île infernale Planche Ed Komikku / Yusuke Ochiai

Surprenante Île infernale de Yusuke Ochiai qui vous emmène sur une île prison, coupée du monde, où les détenus sont les pires criminels du Japon, où les surveillants, libres, semblent eux aussi condamnés à vivre là, sans possibilité de sortie, où des chercheurs mènent des expériences effrayantes sur des cobayes humains. Jin a été condamné pour meurtre. Mais il n'en a aucun souvenir, ni même qui il est. A la manière du Jason Bourne du cinéma, du XIII de Vanhamme en BD, ses réflexes d'auto-défense laissent imaginer qu'il n'est pas le criminel que l'on nous dépeint.  Et s'il était là pour une mission ?  

Jin, ça fait un bail, Je t'attendais

A mesure que sa mémoire revient, Jin avance comme un pion sur un échiquier. Yusuke Ochiai n'a pas de limite pour vous présenter la folie des hommes dans son côté le plus sombre. Il n'y a qu'à regarder comment les yeux des protagonistes sont dessinés. On y lit la cruauté, la peur, la férocité. Et plus on avance, moins on a de certitude. L'île infernale Saison 2 paru ches Komikku.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.