Tout le monde connaît Superman, ce super héros dont on fête cette année les 80 ans. Mais qui connaît l'histoire de ses créateurs ? Savez-vous que Jerry Siegel et Joe Shuster se sont épuisés à faire reconnaître leurs droits ? Joe Shuster est un roman graphique qui se lit, comme un documentaire.

Joe Shuster Couv ed Urban Graphic
Joe Shuster Couv ed Urban Graphic © Thomas Campi

Personne n'y fait attention, mais sur chaque bande dessinée, film ou dessin animé qui met en scène Superman, il y a toujours ce sous-titre : "Créé par Siegel et Shuster." Ce sont eux qui ont donné vie en 1938, au super héros, le premier de l'histoire des comics. Siegel était le scénariste, Shuster, le dessinateur. Joe Shuster est né en 1914 à Toronto. Mais c'est à Cleveland, aux Etats-Unis, qu'il rencontre Jerry Siegel. Jerry a une imagination débordante que Shuster met en dessin. Le duo est inséparable.

Superman est une oeuvre plutôt immature

Le personnage de Superman n'est pas sorti de la tête de Siegel comme ça. C'est le fruit d'un long cheminement. 

Il a d'abord été un vagabond, recueilli par un savant fou. 

Et puis Superman est devenu un voyageur dans le temps, jusqu'à ce que Siegel, trouve l'idée : si Superman est si fort, c'est parce qu'il vient d'une autre planète, Krypton. Mais le personnage n'étant pas encore totalement abouti, la mayonnaise ne prend pas chez les éditeurs. Et les retours de courrier sont bien souvent violents.

Tarzan a Jane ! Superman a ... Loïs !

Il manquait au super héros, son pendant humain. Loïs était une fille du lycée dont Jerry Siegel était amoureux. Il s'en inspirera pour en faire son héroïne. Pas de Superman sans Loïs et vice-versa. 

Janvier 1938, un éditeur à New York accroche. Quand la BD paraît en magazine, le succès est immédiat. Mais la belle histoire a un revers. Quand Jerry Siegel et Joe Shuster signent leur contrat, ils s'engagent à vendre l'oeuvre. Comprenez Superman ne leur appartient plus. 

Jerry Siegel et Joe Shuster ont cédé leurs droits pour... 130 dollars.

Un récit minutieux et un dessin inspiré d'Edward Hopper

Joe Shuster planche ed Urban Graphic
Joe Shuster planche ed Urban Graphic / Thomas Campi

Outre le processus créatif et le relation fusionnelle entre les deux auteurs, Joe Shuster (la BD) lève le voile sur une certaine histoire de la BD américaine du début du XXe siècle, avec ses comportements mafieux, ses escrocs. 

Quand il comprend la supercherie, Jerry Siegel va se battre pour récupérer ses droits. Peine perdue, à tel point qu'il ne créera plus de personnage tel que Superman. 

Thomas Campi s'est inspiré des peintures d'Hopper pour réaliser ce roman graphique. C'est le réalisme américain avec ces personnages toujours bien mis, qui éprouvent une forme de nostalgie pour le passé.

Je lance une malédiction sur Superman

Le dernier acte de cette histoire incroyable est signée Jerry Siegel. Quand il apprend que le propriétaire de Superman vient de décrocher la timbale pour les droits du film, il écrit une lettre de deux pages au monde de la BD. 

Je lance une malédiction sur le film, j'espère que ce sera un super-four.

La suite est à l'Américaine. Le milieu de la bande-dessinée se lève comme un seul homme pour aider Siegel et Shuster. Ils obtiendront leur nom sur chaque publication et une rente à vie... plus de 30 ans après leurs premières planches.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.