Avant de devenir Hedy Lamarr, la star d'Hollywood, Hedy Lamarr s'appelait Hedwig Kiesler-Mandl. Elle était Autrichienne. William Roy et Sylvain Dorange retracent le parcours d'une actrice oubliée et d'une inventrice de génie. Le saviez-vous ? C'est elle qui est à l'origine du GPS, du Wi-fi et du Bluetooth.

La plus belle femme du monde couv ed Boîtes à bulles
La plus belle femme du monde couv ed Boîtes à bulles © Sylvain Dorange

C'est le patron de la MGM qui lui a donné à la fin des années 30, le nom d'Hedy Lamarr. A l'époque, celle qui s'appelle encore Hedwig Kiesler-Mandl, fuit l'Europe et la montée du nazisme, son mari, marchand d'armes, jaloux, pour l'Amérique et ses rêves de cinéma. Elle est jeune et déjà très belle. Alors il construit son image. Hedwig l'Autrichienne au fort accent, va devenir Hedy la plus belle femme du monde. Et la presse ne s'y trompe pas. "Qu'elle soit bonne ou pas, n'a finalement pas d'importance dès l'instant où votre regard se pose sur cette beauté brune." 

Vous serez en couverture de tous les magazines. Vous vous retrouverez dans les bras des plus grands acteurs

Spencer Tracy, Clark Gable, Hedy Lamarr va jouer avec les plus grands. Son visage va inspirer Disney pour Blanche-Neige, mais aussi les auteurs de comics pour Catwoman. Elle se marie, elle divorce, se remarie, redivorce. Hedy Lamarr est une star, mais c'est surtout une femme libre. Elle le montre dès 1933, dans l'un de ses premiers films Extase. Elle n'est alors qu'une adolescente, mais on peut la voir simuler un orgasme à l'écran. Sylvain Dorange lui donne à sa manière cette liberté. Il l'a dessine avec un corps élancé, de grands yeux, un nez retroussé, pointu. C'est un dessin très papier glacé, très daté, avec des cases découpées façon pellicule de film.

L'inventrice du Wi-fi

La plus belle femme du monde Ed Boîte à Bulles
La plus belle femme du monde Ed Boîte à Bulles / Sylvain Dorange & William Roy

Quand elle ne tourne pas, Hedy Lamarr fait des recherches. Elle qui avait arrêté les études à l'âge de 15 ans, est la même qui inventera une technologie révolutionnaire. Quand la guerre éclate en Europe, elle a une conviction : "Les batailles sous-marines seront décisives." Avec le pianiste Georges Carl Antheil, ils inventent un système pour brouiller le signal des torpilles. Quand ils le présentent à l'armée américaine, la réponse est cinglante : "C'est non, à l'unanimité. Rejoignez plutôt les stars d'Hollywood pour récolter des fonds. Jolie comme vous êtes, vous ferez un malheur." Ce qu'elle fera, parce qu'au bout du compte, Hedy l'Autrichienne est une fervente patriote de l'Amérique. 

Je sais ce que j'ai fait et je me fiche de savoir ce que les gens pensent de moi

Dans ce biopic scénarisé avec finesse par William Roy, on vous dit juste que tout au long de sa vie Hedy Lamarr sera perçue uniquement comme la plus belle femme du monde, une croqueuse d'hommes, une star capricieuse. Elle peut être la Delilah de Samson, mais pas Einstein. Il faudra attendre 1997 pour qu'elle obtienne enfin cette reconnaissance méritée. Car son invention sera finalement reprise et l'on peut dire aujourd'hui, qu'on lui doit des technologies comme le Wi-Fi, le GPS ou encore le Bluetooth. Quand Hedy Lamarr dit au monde, je sais ce que j'ai fait, elle dit juste que bien avant la vague Me Too venue d'Hollywood, on peut être belle et intelligente. Qu'on peut être la femme que l'on veut. 

La plus belle femme du monde - The incredible life of Hedy Lamarr chez La Boîte à Bulles.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.