Entre fiction et histoire, Saison des Roses de Chloé Wary et La Revue dessinée explorent les méandres du foot féminin. A la veille du mondial en France, les filles se lâchent et osent. A lire et à comprendre.

Saison des Roses Couv Ed FLBLB
Saison des Roses Couv Ed FLBLB © Chloé Wary

"Saison des roses" de Chloé Wary

L'histoire de Saison des Roses prend corps dans la grande banlieue parisienne. Chloé Wary et son dessin au feutre, haut en couleur comme les jeunes femmes qu'elle nous fait découvrir, emmènent le lecteur dès la première page, dans un centre commercial du Val de Marne. Là où d'autres filles de leur âge seraient en extase devant le dernier top ou les dernières ballerines, Barbara et ses copines rêvent de crampons devant les vitrines des magasins de sports. Elles ont un but cette année : atteindre le championnat national féminin des moins de 19 ans pour pouvoir taper dans l'oeil d'un recruteur et rejoindre les pro, comme les garçons. Mais les Roses sont des filles ! Et dans leur club, même la présidente, n'y entend rien. Conséquence de la baisse des subventions, elle a décidé de privilégier l'équipe des garçons qui évolue déjà en national.

On va leur montrer si c'est un sport de mecs. On va pas lâcher, les meufs

Saison des Roses Planches Ed FLBLB
Saison des Roses Planches Ed FLBLB / Chloé Wary

Mais ces gamines ont du coffre. Elles vont donc défier les garçons sur le terrain. Premier match, victoire des filles. La revanche des garçons sera une victoire par KO des filles. 

Mais attention, Saison des Roses n'est pas une BD si simple que cela. On peut gagner un match, sans que les choses changent vraiment. Si le foot est le sujet principal de la BD de Chloé Wary (qu'on avait découvert chez Steinkis avec Conduite interdite), Saison des Roses est aussi un regard très juste sur la société d'aujourd'hui. Barbara vit seule avec sa mère dans la banlieue des tours et des logements sociaux. Dans l'éducation de cette mère, le foot n'est pas une porte de sortie pour les filles. Chloé Wary pose un regard simple sur la condition des filles.

Occuper le terrain - Enquête de La Revue dessinée

Occuper le terrain - La Revue Dessinée
Occuper le terrain - La Revue Dessinée / Nicoby & Mickaël Correia

Le trimestriel raconte dans un long reportage BD, comment est né le foot féminin. Il faut remonter à 1917. Les femmes ont investi les usines et travaillent à l'effort de guerre. Elles profitent de cette liberté pour chausser les crampons. Mais au retour de la guerre, les hommes reprennent la main. On est en pleine politique nataliste.

Chez la femme, le foot engendre l'immaturité du vagin

La Fédération française de football va enfoncer le clou, en 1928 en refusant aux femmes l'accès aux stades. Il faudra attendre les mouvements féministes et mai 68 pour relancer la machine. Une équipe naît à Reims. Mais on n'y est pas encore. Le premier championnat de France féminin réunit 200 spectateurs en moyenne en 1982. Il faudra attendre les années 90 pour voir émerger des grandes joueuses. Ainsi Marinette Pichon, la Zidane au féminin, qui deviendra une star aux Etats-Unis, faute d'avoir pu s'exprimer en France. Depuis les choses ont changé. L'OL est quadruple vainqueur de la ligue des champions. Mais on ne parlera pas du reste, des salaires, de la médiatisation etc. Chloé Wary et sa Saison des Roses fait en quelque sorte la synthèse de ce qui fut, de ce qui est, et de ce qu'il reste à faire pour que les filles à leur tour,  écrivent leur légende.

📖 LIRE | Tintin, Kirby, Boucq, Marini, Sempé, Blake et Mortimer… Les expositions BD de l’été

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.