L'eldorado pour le commun des mortels, c'est une contrée fantasmée qui offre richesse et allégresse. Tout le monde le cherche. Mais l'Eldorado de Damien Cuvillier et Hélène Ferrarini n'est pas de cet ordre là. Marcello qui rêve d'amour et de lutte des classes, va le découvrir à ses dépends.

Eldorado Couv Ed Futuropolis
Eldorado Couv Ed Futuropolis © Damien Cuvillier

Ce matin là, dans la cour d'une usine, un homme arrangue une foule d'ouvriers. 16 jours qu'ils sont en grève et les patrons ne bougent toujours pas. Cet homme, c'est Marcello, un idéaliste qui croit que l'avenir passe par le partage des richesses. Nous sommes au début du XXème siècle, la révolution industrielle bat son plein. Et comme en écho à l'actualité, on comprend que les patrons sans jamais les voir, ne sont pas prêts à discuter, encore moins à négocier.

Les richesses sur lesquelles ils sont assis, c'est NOUS qui les produisons

Ces ouvriers qui ont le verbe haut et qui savent soulever des foules par leurs mots, mieux vaut pour un patron, les avoir loin de soi. Qui plus est un jeune homme comme Marcello, intelligent, qui écrit des poèmes à sa belle, Louisa. A l'heure des mariages arrangés, Marcello, l'ouvrier pauvre, dérange.

L'éloignement

En plantant un tel décor, Damien Cuvillier et Hélène Ferrarini amène le lecteur vers la seule issue possible : l'éloignement. Il faut faire partir l'empêcheur de tourner en rond, le frondeur. Un soir de beuverie, Marcello tombe, et avec lui ses rêves. Il est transporté dans un cargo qui part pour les Amériques. Il ne reverra jamais Louisa, jamais son usine. Commence alors une autre histoire. Marcello travaille sur la construction d'un canal en pleine forêt tropicale. Le décors a changé. Mais pas le système. D'un esclavage à l'autre. Et tant pis si l'on détruit la nature foisonnante et l'habitat des indigènes. Seul compte le progrès, la main de l'homme. 

Louisa... Ma Louisa...

Dans ce cauchemar, il n'y a qu'un chose qui tient Marcello en vie : écrire à Louisa. Ses lettres arrivent-elles à bon port ? On y croit, le temps de quelques planches. Mais Damien Cuvillier et Hélène Ferrarini poursuivent eux aussi leur chemin. On apprendra au fil des pages, que les lettres sont interceptées par la femme de l'ingénieur en chef. Elle souffre de la solitude. Ces lettres seront une fenêtre vers l'extérieur. Ces deux là vont-il se rencontrer ? C'est la question sous-jacente. Mais le scénario serait trop simple. 

Planche Eldorado Ed Futuropolis
Planche Eldorado Ed Futuropolis / Damien Cuvillier

Un dessin de maître

Il y a des moments où le lecteur reste en arrêt sur un dessin qui alterne entre peinture de grands maîtres. Façon cargo quittant le port dans la grisaille. Et un dessin qui joue sur les couleurs avec des cases monochromes tantôt jaunes, marrons ou bleues. Un vrai travail d'artiste. Sans jamais le dire, Hélène Ferrarini et Damien Cuvillier filent la métaphore. Eldorado c'est une quête impossible, qui mène ici à une folie mortelle.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.