Pour bien comprendre Baudouin, il faut regarder le documentaire de Laetitia Carton qui accompagne cette bande-dessinée.

Edmond, un portrait de Baudoin, par Laetitia Carton
Edmond, un portrait de Baudoin, par Laetitia Carton © L'Association

Même s'il est difficile de qualifier l'oeuvre de Baudoin comme telle, tant il transgresse les codes de la BD traditionnelle.

Les cases, quand il y en a, sont faites pour délimiter sa pensée de l'instant. Les traits sont ceux d'un pinceau fin, plongé dans de l'encre de chine et l'ensemble est encadré par des lignes de texte où Baudoin se raconte.

La matière première de Baudoin, c'est lui. Et l'éloge de l'impuissance selon Edmond , c'est cette incapacité à mettre sur papier le silence, la transparence de l'air, le poids des monts, leur éternité. L'impuissance de dire les choses.

"Il y a, dit-il, dans l'acte d'amour, tout ce que je cherche à exprimer avec un pinceau, de l'encre et du papier. Toujours recommencer. La prochaine fois nous serons des dieux. La danse des corps amoureux est érotique."

Baudoin est en fait en avance sur son temps. Le roman graphique, il l'impose avant l'heure .

Sans savoir vraiment qu'il va lancer un courant qui a révolutionné la BD d'aujourd'hui.

Edmond, un portrait de Baudoin, suivie d'Eloge de l'impuissance, est publié par L'Association

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.