Le manga avait déjà exploré le monde du vin avec Les gouttes de dieu d'Agi Tadashi. Il propose cette fois, celui du sake. Pas d'enquête policière ici, Natsuko no Sake est une aventure humaine, vue à travers une jeune femme pugnace. C'est aussi une ode à l'écologie et au sake, boisson ô combien méconnue des occidentaux.

Natsuko no sake © 2016 Akira OZE.  All rights reserved. First published in Japan in 2016 by Kodansha Ltd., Tokyo.
Natsuko no sake © 2016 Akira OZE. All rights reserved. First published in Japan in 2016 by Kodansha Ltd., Tokyo. © Akira Oze

Dans le canton de Usa au nord ouest de Tokyo, il y a des collines, des vallées et surtout, on cultive le riz. Ce riz dont est tiré le sake, le vrai, le pur, sans ajout de sucre. Un sake dit artisanal que produit la famille de Natsuko. Cela fait deux ans que la jeune femme de  22 ans, les a quitté pour Tokyo où elle exerce la profession de publicitaire. Quand elle revient ce jour là, elle n'est pas forcément la bienvenue.

Qui t'as dit de rentrer ? J'ai dit ne reviens pas tant que tu n'as pas fait tes preuves dans le métier. Et bien ? Est-ce le cas ?

Natsuko no sake © 2016 Akira OZE.  All rights reserved. First published in Japan in 2016 by Kodansha Ltd., Tokyo.
Natsuko no sake © 2016 Akira OZE. All rights reserved. First published in Japan in 2016 by Kodansha Ltd., Tokyo. / Akira Oze

Son père n'est pas très enthousiaste. Il n'y a que son frère Yasuo pour apprécier la visite. Lui l'amoureux du riz, rêve de produire le dragon merveilleux. Un riz cultivé avant guerre, le tatsunishiki, une variété qui meurt si on ne lui apporte pas le soin d'une agriculture biologique. Mais Yasuo souffre d'un cancer et sa fin est proche. Natsuko est à Tokyo quand on lui apprend sa mort. C'est le moment clé de ce manga. Celui où tout bascule quand les histoires, les personnages et les lieux se rejoignent. Du jour au lendemain, elle quitte sa profession de publicitaire à l'avenir prometteur pour un retour aux sources. C'est elle qui va poursuivre le rêve de son frère. Mais cette histoire, façon saga avec la jeune urbaine pleine d'idées, têtue, qui redécouvre la nature, le travail manuel etc, serait trop simple si on se contentait de cela. 

Un manga à plusieurs niveaux de lecture

Natsuko no sake © 2016 Akira OZE.  All rights reserved. First published in Japan in 2016 by Kodansha Ltd., Tokyo.
Natsuko no sake © 2016 Akira OZE. All rights reserved. First published in Japan in 2016 by Kodansha Ltd., Tokyo. / Akira Oze

Il y a l'histoire de famille avec ses traditions. Celle des kimonos. Les femmes pour celles qui sont restées au village, sont présentées en retrait. Elles préparent le thé. Elles s'occupent du linge. La veuve de Yasuo reste par exemple, vivre avec sa belle-famille. C'est aussi l'histoire de ces villages - où les vieux sont légion - que la jeunesse cherche à quitter. Ces villages qui malgré tout, ont évolué, pas forcément bien selon Akira Oze, en succombant à l'agriculture mécanique pour faciliter la récolte du riz. Et plus encore.

Tu pulvérises de l'herbicide ? Ouais ! Si tu veux je te prête ce pulvérisateur. Non merci. Je désherbe à la main.

Et c'est là que nous emmène le Tome 2 de Natsuko no Sake, Au coeur de nos préoccupations du moment : l'agriculture biologique. Natsuko no Sake est un plaidoyer pour l'environnement. Dire qu'Akira Oze aujourd'hui âgé de 73 ans, était un visionnaire, c'est peu dire. Son manga est sorti en 1988, autant dire un siècle. Mais il dénonçait déjà, une certaine dérive. Et il posait aussi la question fondamentale : que voulons nous pour notre monde ?

Il pourrait y avoir des morts dans 20 ou 30 ans. Ce sont vos enfants et vos petits-enfants qui doivent payer vos bêtises ?

Natsuko no sake © 2016 Akira OZE.  All rights reserved. First published in Japan in 2016 by Kodansha Ltd., Tokyo.
Natsuko no sake © 2016 Akira OZE. All rights reserved. First published in Japan in 2016 by Kodansha Ltd., Tokyo. / Akira Oze

Makoto Gôda est un paysan bourru, hirsute. Il fait partie de ceux qui suivront Natsuko dans son aventure. Il faudra bien des événements dans le village pour qu'on prenne au sérieux la jeune femme. Ce manga est un Seinen, un manga ado-adulte. Pas de baston à l'intérieur, ni de gags, c'est une histoire au long court, en 6 gros tomes, avec un découpage simple, un dessin à l'ancienne, un peu passé, épuré, mais d'une grande force dans les regards. Dans la veine d'Ozamu Tézuka, le père du manga au Japon.

Un traité sur le sake

Vous y apprendrez que comme pour le vin, il y a de la piquette et des nectars. Le saké se déguste. Vous y apprendrez aussi comment le riz se cultive, comment on le brasse. C'est l'industrie contre l'artisanat,loin de toutes les technologies qui ont aussi fait la richesse du Japon. Akira Oze réussit l'exploit d'entremêler tout cela, sans vous perdre. Entre tradition et modernité, c'est le Japon des campagnes. Le Japon éternel. Natsuko no Sake publié chez Vega.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.