Rien n'échappe à la bande dessinée, pas même la Grande Guerre. Pour le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, deux ouvrages : “Traces de la guerre”, ouvrage collectif et “La Grande Guerre” de Charlie de Pat Mills et Joe Colquhoun.

Couv Traces de la guerre Ed On a marché sur la Bulle
Couv Traces de la guerre Ed On a marché sur la Bulle © Dave Mc Kean

"Traces de la guerre", 18 histoires courtes

Que reste-t-il de la guerre ? Un regard lointain, teinté d'ignorance. Dans Sans une trace de Morisson et Adlard, au cours d'une balade, des adolescents tombent nez-à-nez avec le squelette d'un soldat. Le corps est réapparu au gré des mouvements de la terre. Passée la surprise, ça rit, les gamins prennent des selfies avec le cadavre. Réflexe d'une génération. Mais une voix s'élève.

Arrêtez ! C'est la vie de quelqu'un ! Ca pourrait être votre arrière grand-père, et vous êtes là à vous foutre de lui

Chacun des 42 auteurs interroge l'histoire à sa manière. Certains le font par le dessin, très inspiré de l'expressionnisme allemand, avec ces couleurs outrancières et ses têtes caricaturées. Ainsi Baudouin et son "T'es sûr ?". Un dessin unique et plein sur chaque page. Une peinture illustrant la folie des hommes et en contrepoint, une case en bas à droite. Deux gamins papotent.

Plus personne n'accepterait de mourir pareillement. T'es sûr ?

Que reste-t-il de la guerre ? Quelles traces ? Un écho aux histoires d'aujourd'hui. Avec un dessin proche de la photo, Orijit Sen raconte le bateau de la liberté. Pas une histoire de tranchée, mais une histoire vraie d'Indiens, d'Inde, à l'époque colonie britannique. Pendant la guerre, ces Indiens, pauvres, ont tenté de migrer vers le Canada qui leur refusera, après 50 jours de mer, l'accès au port. Ça ne vous rappelle rien ? Que reste-t-il de la guerre ? Les vainqueurs sont-ils des héros ? Dans Pourpre, Mikiko fait dire à une vieille dame allemande que ça n'existe pas les héros. Il n'y a que des amis perdus et des familles brisées. Traces de la guerre aux éditions On a marché sur la Bulle.

"La Grande Guerre de Charlie" chez Délirium

La Grande guerre de Charlie couv Ed Delirium
La Grande guerre de Charlie couv Ed Delirium / Joe Colquhoun

C'est une BD plus ancienne éditée dans un magazine en Grande-Bretagne entre 1979 et 1988. Charlie est un jeune Britannique pas très malin dont la bonté n'a d'égale que sa gueule d'ange. Quand il s'engage, Charlie n'imagine pas ce qui l'attend.

J'étais fier comme un paon. Les boches n'ont aucune chance contre nous les Tommies !

Mais la guerre rime avec enfer. Dans l'horreur des tranchées, Charlie incarne une forme de pureté et de naïveté. Mais il y aussi chez lui, une folle rage de vivre. "La Grande Guerre de Charlie", c'est une plongée dans l'enfer de la bataille de la Somme. Vous êtes dans les tranchées avec Charlie, sur le champ de bataille avec Charlie. Vous lisez ses lettres, qui sont inspirées des correspondances vraies de l'époque. On y voit la censure, la vie qui continue à l'arrière. Le dessin est minutieux, précis dans les détails de la guerre, les armes, les tranchées. C'est le fruit de longues recherches. Les planches elles, sont découpées comme les fragments d'une explosion. Rarement une BD aura été aussi précise dans la fiction, sur des faits historiques. "La Grande Guerre de Charlie" chez Délirium.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.