Avant d'être une femme libre, féministe, engagée, fêtarde, révolutionnaire, Florence Cestac fut une enfant. La deuxième fille d'une famille de trois. Un papa, une maman est un récit autobiographique, où la place d'un père colérique a joué beaucoup dans l'histoire de Florence Cestac, grande dame de la BD française.

Un papa, une maman - Une famille formidable (la mienne) Couv. Ed. Dargaud
Un papa, une maman - Une famille formidable (la mienne) Couv. Ed. Dargaud © Florence Cestac

Dans la famille Cestac, je demande le père. Gouailleur, charmant en public, colérique, méprisant en famille. Tout le contraire de la mère de Florence, toujours d'humeur égale, toujours le sourire. Elle savait tout faire, couture, bricolage, poser du papier peint, dépouiller le gibier. Absolument tout. Cette mère au foyer, dévouée à son mari et sa famille, fut une femme de son temps, dans les années 50-60. Mais elle pouvait aussi avoir ses humeurs.

Il aurait mieux valu que votre père ait un bar avec des putes, plutôt que des enfants

Un détail dit tout des nuances dans les rapports familiaux. Chez Cestac, excepté dans le titre, le père s'appelle "mon père", et la mère, souvent "maman."

Un papa, une maman - Une famille formidable (la mienne) Planche Ed. Dargaud
Un papa, une maman - Une famille formidable (la mienne) Planche Ed. Dargaud / Florence Cestac

Faut avouer qu'avec un père de cet acabit, gouailleur, charmant en public, colérique et absent en famille, on comprend que son enfance n'a pas été simple.

Mais pétard de chat ! Pourquoi j'ai fait des enfants aussi nuls

Florence Cestac assure ne pas avoir alourdit le portrait. Il était comme ça, cassant, humiliant. Et c'est d'autant plus effrayant qu'à lire ce nouvel album, on rit de ce bonhomme acariâtre, ridicule souvent, qui hurle à ses enfants de ne pas mettre de sable sur les coussins de son bateau. Florence Cestac raconte donc cette enfance là, avec son trait toujours aussi caractéristique. Ses gros nez, genre nez de clown, ses grands yeux expressifs, son trait tout en rondeur, satirique. Elle dit avoir ramé pour raconter cette histoire là, celle qui solde avec les deux tomes de Filles des oiseaux, son vécu à elle. On veut bien la croire.

Une autobiographie relevée

Un papa, une maman - Une famille formidable (la mienne) Planche Ed. Dargaud
Un papa, une maman - Une famille formidable (la mienne) Planche Ed. Dargaud / Florence Cestac

Florence Cestac ne parle pas que de ses parents. A travers sa relation avec eux, elle décrit la femme qui s'est construite. La pension, les Beaux-Arts, les premiers amours, l'époque hippie,  l'aventure Futuropolis du début des années 70, l'idée géniale qu'elle eut avec Etienne Robial. Une librairie - maison d'édition qui dépoussiera l'industrie de la BD de l'époque. Avec Futuropolis, nait un nouveau genre, la BD d'auteurs, adulte, à laquelle vont se greffer des gens comme Tardi, Bilal ou encore Baudoin. L'aventure Futuropolis, Cestac en fera d'ailleurs un album en 2007. Elle y fait référence ici. Cestac raconte aussi la suite de son parcours avec le Grand Prix à Angoulême en 2000. Première femme à l'obtenir.

Ah ? C'est bien ça ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Tout Cestac se retrouve ici condensé, compilé. On ne peut s'empêcher à la lecture d'Un Papa, une Maman de se poser la question. Qu'est-ce qui m'a construit ? Qu'est-ce que j'en fait ? Quels ont été mes choix ? Bon ou mauvais, Florence Cestac répond par un seul mot : liberté.  Ce qu'il y a de bien chez Cestac, c'est qu'on a l'impression d'un bonbon quand on la lit. Cette impression incroyable d'un retour au source, de rentrer à la maison.

Un papa, une maman - Une famille formidable (la mienne) chez Dargaud.

L'équipe
Contact