Dix ans après le séisme, le tsunami et l'accident nucléaire de Fukushima, le Japon continue de panser ses plaies. Ces deux BD racontent l'histoire de deux hommes qui ont été et qui sont encore (pour l'un d'eux) au coeur d'une zone irradiée.

Fukushima, chronique d'un accident sans fin
Fukushima, chronique d'un accident sans fin © Galic & Vidal

Fukushima Chronique d'un accident sans fin commence avec la vision d'un paysage abîmé, dévasté. Puis, les auteurs zooment dans le bureau de la préfecture de Fukushima. C'est là qu'a lieu l'audition de Masao Yoshida. Il était le directeur de la centrale nucléaire au moment de la catastrophe. 4 mois après, juillet 2011, devant les membres de la commission d'enquête, il s'apprête à raconter l'indicible, les 5 premiers jours de l'accident.

Il y a d'abord eu une petite secousse. Ensuite... Ensuite, ça a été l'enfer

Fukushima, chronique d'un accident sans fin Planche Ed. Glénat
Fukushima, chronique d'un accident sans fin Planche Ed. Glénat / Galic & Blain

Pour le scénario, Bertrand Galic s'est appuyé essentiellement sur le récit de Masao Yoshida qui a été rendu public. Au départ, il y a donc une simple panne. Mais au fil des heures, la situation s'aggrave. Une fuite, puis une 1ère explosion, une seconde, des morts, des évacuations, des pompiers qui ne peuvent accéder au site. Masao Yoshida raconte tout, décrit tout, dans un récit complexe pour qui n'est pas spécialiste du nucléaire. Il ose aussi la critique avec la venue du Premier ministre, en hélicoptère, quelques heures.

Fukushima, chronique d'un accident sans fin Planche Ed. Glénat
Fukushima, chronique d'un accident sans fin Planche Ed. Glénat / Galic & Vidal

Il s'en est allé comme il est venu. Il n'est même pas passer encourager les gars. Franchement, vous ne trouvez pas ça lamentable

Masao Yoshida est un patron dont la main ne tremble pas. Il peut être en colère. Mais on le respecte. Comme quand il va sciemment ne pas suivre les instructions données par la direction de Tepco à qui appartient la centrale, comme quand il va demander à certains de rester au péril de leur vie. Masao Yoshida est mort en 2013, victime d'un cancer de l'oesophage. Fukushima, chronique d'un accident sans fin chez Glénat.

Naoto, le gardien de Fukushima de Fabien Grolleau & Ewen Blain

Naoto, le gardien de Fukushima Couv. Ed. Steinkis
Naoto, le gardien de Fukushima Couv. Ed. Steinkis / Grolleau & Blain

Naoto vivait près de la centrale avec ses parents quand la terre trembla. Ce jour là, il était dans le jardin. Des séismes, il en a vécu d'autres. Pour l'expliquer à son neveu effrayé, il raconte la légende de Namazu, ce poisson-chat géant maintenu immobile par le dieu Kashima. "Quelques fois, Kashima s'endort et Namazu en profite pour essayer de se sauver", d'où cette terre qui tremble. Naoto assiste à tout. Le tsunami, les explosions de la centrale. 

Ewen Blain symbolise le tsunami par une copie de la vague d'Hokusaï, les légendes par un dessin ancien issus des légendes japonaises, ses personnages ont des corps petits et des traits enfantins, comme ceux du maître du manga Tezuka. Fabien Grolleau le scénariste, entremêle les séquences. La famille de Naoto doit être évacuée de la zone autour de la centrale. Mais lui, ne peut s'y résoudre.

Naoto, le gardien de Fukushima Planche Ed. Steinkis
Naoto, le gardien de Fukushima Planche Ed. Steinkis / Grolleau & Blain

Je reste. Je ne fais pas la différence. Toutes les vies sont importantes

Une autruche, des cochons, des chiens, des chats, des vaches, trop d'animaux sont en souffrance. Et quand on veut les abattre, il voit rouge. Au fil du temps et des légendes nippones que Fabien Grolleau distille. On voit aussi Naoto devenir un militant anti-nucléaire.

Il faut arrêter d'entretenir l'illusion mensongère que le nucléaire est une énergie propre et peu coûteuse

Naoto, le gardien de Fukushima Planche Ed. Steinkis
Naoto, le gardien de Fukushima Planche Ed. Steinkis / Grolleau & Blain

Naoto parcourt le monde entier. On le découvre en France, dans les manifestations pour la fermeture de Fessenheim. Mais à la fin, il revient toujours chez lui, près de Fukushima. Naoto, le gardien de Fukushima chez Steinkis.

=> Confinement : dix bandes dessinées et plus pour s'évader

L'équipe
Contact