David Sala est un peintre. Quand il entreprend d'adapter "Le joueur d'échec", de Stefan Zweig, c'est magique.

Détail de la couverture du Joueur d'échecs, adaptation par David Sala du livre de Stefan Zweig
Détail de la couverture du Joueur d'échecs, adaptation par David Sala du livre de Stefan Zweig © Casterman

Quel visage pour Mirko Cventovic, ce champion d'échec hautain, orgueilleux, fils d'un pauvre batelier yougoslave ?

Quel visage pour Monsieur B. ce joueur inconnu qui maîtrise à la perfection les règles du jeu ?

David Sala imagine le découpage des planches. Il colorise ses planches directement. Chaque case devient une toile, une oeuvre unique, une aquarelle, avec des tons verts et rouges. Avec ce souci du détail : des quadrillages à l'infini, dans la forme des planches, mais aussi à l'intérieur des cases pour rappeler le plateau d'un jeu d'échec.

1941. Dans les salons feutrés d'un paquebot en route pour l'Argentine, le champion du monde d'échecs affronte lors d'une ultime partie un aristocrate viennois, dont l'incroyable maîtrise du jeu est née dans l'antre de la tyrannie.

Cette dénonciation poignante et désespérée de la barbarie nazie est le dernier texte écrit par Stefan Zweig avant son suicide.

►► Le joueur d'échecs de David Sala est paru aux éditions Casterman

La leçon de dessin de David Sala

Comment dessiner Le Joueur d'échecs de Stefan Szweig, les explications de David Sala à Anne Douhaire : 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.