Love is Love s'inspire de la tuerie d'Orlando en 2016. Des auteurs américains et français délivrent en une planche leurs mots et leurs dessins pour rendre hommage aux victimes. Le mari de mon frère raconte l'histoire d'un Canadien qui se rend au Japon pour rencontrer la famille de son défunt mari. Amour et tolérance.

Couvertures des deux livres (extraits)
Couvertures des deux livres (extraits)

Comment parler d'homosexualité en BD ? Comment trouver les mots justes ? Love is Love est construit comme un recueil avec une liberté totale pour les auteurs. Ils auraient pu dénoncer, crier leur haine de l'homophobie, ils vont tous parler d'amour. Amour pour la communauté homosexuelle. Amour pour celles et ceux qui ne se cachent pas. Amour pour celles et ceux qui ce soir du 12 juin 2016, sont allés danser au Pulse, une boîte gay d'Orlando en Floride. 

Au pays des super héros, Batman et Superman pleurent

Leurs supers pouvoirs n'ont pas réussi à arrêter les coups de feu. Au gré des pages, on peut voir nos super héros, un drapeau à la main, où se recueillir au milieu des victimes. Mais il n'y a pas qu'eux. Il y a aussi des histoires simples. Des téléphones qui sonnent pour relayer la tragédie. Une mère qui appelle son fils. Un père qui prend sa fille dans ses bras. La tuerie d'Orlando c'est l'histoire de tous. C'est aussi l'histoire des enfants.

Héritage de famille

Sam et Mike joue dans la rue. Les gamins sont copains. Mais quand ils rentrent chez eux à la nuit tombée, à l'évocation du massacre, le discours à la maison n'est pas le même. Chez Sam :

Ces hommes s'embrassent parce qu'ils s'aiment comme maman et moi.

Chez Mike :

Pédés

Le message peut paraître parfois naïf, voire simpliste. Mais comme le dit Vincent Dedienne à la fin de l'album : 

Soyons cucul la praline. On ne piétine pas les fleurs. On ne tourne pas le dos au coucher du soleil. On ne fusille pas les gens qui dansent et qui s'aiment sous prétexte qu'ils dansent et qu'ils s'aiment.

Le mari de mon frère

Quand ce jour là, on sonne à sa porte, Yaichi sait exactement qui se trouve derrière. C'est Mike, le mari de son frère. Il ne l'a jamais vu. Mike est venu au Japon pour tenir une promesse : rencontrer la famille de son défunt mari. Le mari de mon frère c'est la rencontre de deux mondes. Un Japon où les accolades n'ont pas lieu d'être. Un Japon rural où l'homosexualité n'a pas sa place.

Comment suis-je censé me comporter avec lui ?

Yaichi n'est pas homophobe. Il est juste assailli de questions. C'est sa fille Kana qui va faire le lien entre son père et Mike. Incroyable gamine pour qui la différence n'existe pas, pour qui le mot homosexuel n'a pas de sens quand il s'agit de parler d'amour. Le Mari de mon frère est d'une justesse rare dans le traitement. Gengoro Tagame interroge l'âme humaine et nous donne la conclusion. Ce n'est pas la sexualité qui définit les hommes et les femmes.
 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.