Ce matin comment les auteurs de BD revisitent les codes du Western. Avec deux albums: L'odeur des garçons affamés de Frédérik Peeters et Loo Hui Phang. Et aussi L'homme qui a tué Luky Luke de Mathieu Bonhomme.

Lucky Luke
Lucky Luke © / Morris

Pas sûr que Morris le père de Lucky Luke... ait osé un jour... aller aussi loin. Tuer son héros.

Mathieu Bonhomme lui n'hésite pas. Il vous l'annonce dans le titre. Et dès la première planche. Jusqu'à la dernière.

Lucky Luke... étendu face contre terre... un filet rouge dégoulinant de son dos.

Il est bel et bien mort. Qui l'a tué ? Pourquoi ? Dans quelles circonstances ?

Toutes ces questions trouveront leurs réponses dans un long récit qui nous ramène quelques jours plus tôt.

A l'arrivée du cow boy solitaire à Froggy Town... une ville de chercheur d'or... où les armes sont interdites.

Où l'épicier n'a plus de tabac . Car la dernière diligence qui devait en livrer a été attaquée.

Où le nom de Lucky Luke fait peur.

Où le shérif est un benêt encadré par deux frères, Anton et Steve. Le décor planté...

On s'amuse au fil des pages à jouer au jeu des comparaisons avec le Luky Luke originel.

Certes le visage du cow boy est plus rond... Mais les codes graphiques de Morris sont là... avec ces grandes cases

Après... Mathieu Bonhomme appuie un peu plusse sur les couleurs.

La diligence qui transporte Laura Legs... seule femme à avoir droit à la parole dans cette BD... est par exemple rose//

Pas un rose clinquant non...

Un rose qui serait le fait d'un jeu de lumière dans le paysage.

Et puis ce Lucky Luke là n'est pas un cow boy de BD.

C'est un cow boy de film... Un genre de Clint Eastwood... comme on les aime dans Le bon, la brute et le truand.

Autre western "L'odeur des garçons affamés"

On est ici dans le grand ouest... au lendemain de la guerre de sécession. Trois hommes sont embarqués dans une longue traversée. Chacun poursuit des desseins différents.

L'un élégant... portant des cravattes en soie... est photographe...

Il fuit quelque chose. L'autre... rondouillard... est ingéneur...

Il rêve de s'approprier ces terres hostiles pour y faire de l'argent. Le dernier est à leur service.

C'est un jeune garçon de ferme... secret... aux pouvoirs étranges.

Dans ce huis clos sans frontières... il fait chaud... Les indiens sont ici quasi mutiques...

Un homme à la tête de mort... est à leur poursuite. L'odeur des affamés est bien plus qu'un Western.

Loo Hui Phang explore dans ce trio... la folie des hommes... leur brutalité... leur sauvagerie... leur sexualité...

Elle interroge ici sur le genre.

Peeters se fond dans le scénario en offrant des planches très western.

Les grands espaces... les hordes de chevaux... les indiens sont très réalistes.

Il acompagne le tout par des regards.

Ici les hommes regardent les hommes qui épient les hommes... où les femmes ?

Mystère...

"L'odeur des garçons affamés " c'est chez Casterman.

"L'homme qui a tué Lucky Luke" c'est chez Dargaud

►►► Retrouvez la sélection BD de l'été 2016 de France Inter avec Séquencity

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.