C'est un roman graphique à la première personne. Un "je" qui se raconte de bout en bout, car c'est une histoire vraie.

Détail de la couverture de Spinning de Tillie Walden
Détail de la couverture de Spinning de Tillie Walden © Gallimard BD

Tillie Walden, 21 ans, est Américaine, elle a fait du patinage artistique et du patinage synchronisé à un niveau compétition pendant 12 ans. 

Dans ce récit,Tillie Walden ne se présente pas. Elle dit ce qu'elle a été 12 ans de sa vie : l'objet d'un sport exigeant.

Levée tous les jours à 4 heures du matin.

Patiner quand le monde dort avec ses camarades de jeu. Avec la même musique tous les jours. Et ces entraîneurs impitoyables avec ces graines de champions.

Et pourtant tout semble glisser pour Tillie. Toujours première sur la patinoire, la gamine est douée et possède juste ce qu'il faut d'orgueil pour ne rien laisser passer.

Chaque chapitre vous livre la caractéristique d'un saut, d'un enchaînement. Le patinage comme une drogue.

Mais la gamine grandit. Et Tillie regarde un peu plus le monde qui l'entoure.

Il y a des moments de bascule dans un livre

Et celui là en est un. Tillie est attirée par les filles.

Être lesbienne dans un sport où l'on se déguise en princesse, avec des collants peau bronzée et du maquillage voyant.

Même si nous on se dit que les lesbiennes ont le droit d'être des princesses, pour Tillie, il y a quelque chose qui jure.

Premier amour d'adolescente avec Rae. Première rupture. Coming out à 15 ans.

Sa mère n'y entend rien. Son père demande pardon.

On se demande à la lecture de Spinning ce que Tillie Walden a vraiment aimé dans le patinage. On lit juste son cheminement jusqu'à la rupture totale.

Un parcours de vie au singulier, avec un dessin du même ordre : ses cases sont comme les phrases d'un journal intime.

Il y a des ratures, des essais, des esquisses, des choses plus travaillées. 

C'est le cri de liberté d'une jeune auteure lancé à plein poumon.

►► Spinning, de Tillie Walden est paru aux éditions Gallimard.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.