On plonge dans l'univers de Lovecraft, écrivain américain du début du 20ème siècle avec « Les rêves dans la maison de la sorcière » de Mathieu Sapin et Patrick Pion

Ce matin, on plonge dans l'univers de Lovecraft, écrivain américain du début du 20ème siècle connu pour ses récits fantastiques. Avec l'adaptation BD des « rêves dans la maison de la sorcière ». C'est signé Mathieu Sapin et Patrick Pion.

Les rêves chez Lovecraft sont rarement doux et heureux. Les rêves ressemblent plutôt à des cauchermars.

Et celui qui les fait...

"Walter... je m'inquiète pour toi... Tu devrais voir" "Je n'ai pas le temps Mérédith! Je suis sur le point de découvrir la frontière entre l'univers connu et la 4ème dimension. Laisse moi travailler !"

Celui qui fait le cauchemar n'est pas vraiment bien dans ses baskets.En même temps quand on voit le Walter en question, chez lui, tout maigrichon, pâle, les yeux exorbités...

Le tout dans une chambre mansardée digne du 17ème... un parquet vermoulu, envahi par des brouillons jetés un peu partout. On peut raisonnablement se dire que le garçon est un peu perdu. Mais perdu où... et dans quoi ?

Reprenons au tout début. Walter est un étudiant en mathématique plutôt brillant. Il vit dans une vieille maison du quartier pauvre de la ville. Les rumeurs disent qu'elle fut occupée jadis par une vieille femme... une sorcière d'après certains... dont l'esprit n'aurait pas tout a fait quitté les lieux. Depuis quelques temps... Walter épuisé par ses recherches fait des rêves étranges...

"J'avais développé une sensibilité auditive surnaturelle. Le moindre bruit m'était devenu intolérable. Il m'avait même fallu"

L'irrationnel, le fantastique, l'horreur... Lovecraft était un maître du genre….Mathieu Sapin et Patrick Pion se sont immiscés... glissés dans l'univers de Lovecraft.

*« Les rêves dans la maison de la sorcière » de Mathieu Sapin et Patrick Pion…. C'est paru chez Rue de Sèvres.

ET AUSSI I La sélection de l'été 2016 de France Inter

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.