Une bande-dessinée qui est à la fois un thriller, un roman d'anticipation, une histoire d'amour filial, un traité de mathématique, un essai philosophique, le tout teinté d'humour.

Détail de la couverture de Damon de Jason Shiga
Détail de la couverture de Damon de Jason Shiga © Corbis / Cambourakis

Aux premières pages du tome 1, Jimmy apparaît attablé. Il écrit une lettre.

Cinq cases plus tard, elle est terminée, septième case, il la relit, huitième case, il lève les yeux au plafond, neuvième case, on ne voit plus que ses pieds qui pendent au plafond.

Visiblement, Jimmy s'est pendu. La lettre était un message d'adieu.

Une case noire, et on retrouve notre Jimmy, endormi dans un lit. Le réveil affiche 12h37. Il ouvre grand les yeux. Il se regarde dans le miroir. Pas de trace de corde autour du cou. Et rebelote. Notre ami Jimmy re-écrit une lettre et re-tente de se suicider. Cette fois, il se taillade les veines dans la baignoire. 12h51 au réveil. Pas de traces sur les poignets.

L'action semble se répéter à l'infini. Il y a dans Demon un côté "Un jour sans fin".

Le scénario de Jason Shiga est une véritable partition, avec ses envolées, ses accélérations et ses temps d'explication.

►► Demon est paru aux éditions Cambourakis.

Programmation musicale
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.