Tiré de l'essai de Pascal Boyer paru en 2001, "Et l'homme créa les dieux" est plus qu'une bande-dessinée. C'est une explication de texte, un cours magistral sur l'homme et son rapport à la religion. 361 pages pour comprendre, pour apprendre et se poser des questions.

Et l'homme créa les dieux Cv Ed Futuropolis
Et l'homme créa les dieux Cv Ed Futuropolis © Joseph Béhé

Pour amener le propos de l'auteur en douceur, Joseph Béhé imagine une longue nuit entre amis et un invité surprise, Pascal. Le jeu commence par une simple introduction : "Je suis physicien." Les interlocuteurs pensent que parler avec lui de ce qu'il fait va demander beaucoup d'efforts. A l'inverse, si Pascal dit qu'il est anthropologue et qu'il tente de comprendre l'origine de la religion, ouvrez le ban, tout le monde a un avis sur la question. On va donc passer la nuit en compagnie de sept personnes, qui vont tenter de démêler l'écheveau.

Vous pensez que les concepts religieux ont pour origine le besoin d'expliquer de manière satisfaisante certains aspects généraux de l'expérience humaine ?

Et l'homme créa les dieux Planche Ed. Futuropolis
Et l'homme créa les dieux Planche Ed. Futuropolis / Joseph Béhé

Et c'est parti. On apprend que les concepts religieux qui perdurent sont ceux qui ont réussi à à se maintenir au détriment des autres. Il faut donc abandonner l'idée de trouver une origine historique aux religions. On apprend aussi que les gens n'inventent pas des dieux et des esprits, ils reçoivent des informations qui amènent leurs systèmes mentaux à déduire ces concepts. L'homme s'est forgé plusieurs types de dieux. Législateur, il organise les principes moraux. Parangon, les agents surnaturels sont des exemples à suivre. Observateur, dieu est à notre écoute. Pascal pose les questions, confronte la tablée  et prend différents exemples, fait référence à des études anthropologiques. Et à chaque fois, avec les mêmes mots il finit par dire...

Résumons. Tu as raison mais !

Et l'homme cré les dieux Planche Ed. Futuropolis
Et l'homme cré les dieux Planche Ed. Futuropolis / Joseph Béhé

Fanatisme, croyance, sorcellerie, fantômes, tout y passe. Tout est décortiqué, analysé. Définitivement, cette BD n'est pas comme les autres. D'ailleurs, Pascal Boyer le dit sans prétention, dans la préface. Traduire son essai en bande dessinée lui paraissait irréalisable. Pourtant, Joseph Béhé s'y est appliqué méticuleusement à l'aide du discours de Pascal et d'un dessin noir et blanc qui varie en fonction des scènes, des exemples cités. Vous aurez donc du médiéval, du primitif, de la Renaissance, de l'Egyptien. Tout une palette pour bien distinguer les périodes et les lieux où l'on se trouve. De ce point de vue-là, c'est assez riche.

Et l'homme créa les dieux, un genre à part entière de la BD

Et l'homme créa les dieux Planche Ed. Futuropolis
Et l'homme créa les dieux Planche Ed. Futuropolis / Joseph Béhé

Comme les protagonistes réunis chez Sam, on avance à tâtons. On arrive devant la couverture avec 1.000 questions. On finit le livre, avec 1.000 nouvelles questions. Sincèrement, cette BD n'est pas simple à lire. Elle prend du temps et il faut le prendre pour ingurgiter tout cela. Et l'homme créa les Dieux n'est pas une nouvelle forme de BD. D'autres avant Joseph Béhé ont aussi fait le pari de l'explication, de la retranscription non pas d'une histoire, mais d'un cheminement de pensée à travers les siècles. 

Ainsi Sapiens, la naissance de l'humanité, BD France Inter, sortie l'an dernier, tiré du livre de Yuval Noah Harari où les questions posées tournent autour de l'homme. Qu'est-ce qui le distingue des animaux etc etc... Plus ancien, C'est toi ma maman ? d'Alison Bechdel. L'auteure américaine y parlait de sa relation à sa mère qui a cessé de l'embrasser à l'âge de 7 ans. Elle explorait un ensemble de théorie psy.

A chaque fois ces BD sont vertigineuses, au même titre que le livre ou l'essai qui les a portés. Parce qu'elles questionnent l'intime.  Et elles ne peuvent fonctionner en BD que si le propos est clair. Le minimalisme pour Et l'homme créa les Dieux n'est pas dans le dessin mais dans le résumé que l'auteur en fait. Quelques cases, quelques bulles, avec une police différente en fonction de celui qui parle ou de la case explicative. C'est âpre certes, mais terriblement efficace. Vous ressortez de ce livre un peu ébaubi. Laissez reposer et comme un bon vin, revenez-y une fois qu'il est carafé.

Et l'homme créa les dieux paru chez Futuropolis.

L'équipe
Contact