On entre dans "Face au Mur" comme on entre dans une cellule.

Détail d'une planche de Face au mur de Jean-Claude Pautot et Laurent Astier
Détail d'une planche de Face au mur de Jean-Claude Pautot et Laurent Astier © Casterman

Chaque page et chaque case sont cerclées de noir. Pour le côté sombre, et pour le côté cinématographique aussi. Car c'est l'histoire d'une vie passée.

Chaque période de l'histoire de Jean-Claude Pautot a sa couleur. Bleu pour la plus récente. Rose pour la plus ancienne. Mais à chaque fois des couleurs foncées. Parce qu'il n'y a rien de manichéen. Le flic peut être dur et le braqueur attachant.

Un braqueur à l'ancienne avec son code d'honneur

Il n'y a pas non plus de chronologie dans Face au Mur. Car la vie de Jean-Claude Pautot est ainsi faite. Morcelée. Faite d'aller-retour en prison, de cavale et de braquages…

Jean-Claude Pautot n'est pas un sanguinaire, c'est un braqueur à l'ancienne, avec son code d'honneur. Mais Jean-Claude Pautot tel qu'il se décrit dans Face au Mur est avant tout... un braqueur. Passé maître en la matière du braquage de dépôts de fonds.

►► Face au mur, c'est signé Laurent Astier et Jean-Claude Pautot, aux éditions Casterman.

Programmation musicale
  • PARCELS
    PARCELS

    Myenemy

    Label : KITSUNE MUSIQUE2016

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.