Du noir et blanc, un soupçon de dessin manga avec du texte sous forme de roman. Hubert et Gatignol poursuivent l'histoire des Ogres-Dieux. Ce 3ème volet est plus noir. La rébellion est en marche. Yori le chambellan cherche un successeur aux Ogres-Dieux, pour conserver le pouvoir. Eblouissant.

Le Grand Homme couv Ed Soleil
Le Grand Homme couv Ed Soleil © Gatignol

Dans une ambiance de fin de règne, où le palais des Ogres-Dieux est en flamme, Yori le chambellan au visage balafré, premier serviteur des ogres, observe la foule qui hurle à sa mort. Mais du haut du balcon du château niché en haut de la montagne, il n'a d'yeux que pour un homme : Le Petit.

C'est le fils du roi ! J'ai besoin d'un roi sur le trône, fut-il un petit dieu 

Dans le précédent album Demi-Sang paru en 2016, on avait quitté Yori plein de haine. Il avait déjoué un complot contre lui, banni sa mère. Il apparaissait alors, triomphant. Mais ici, dès les premières pages du troisième épisode, Yori voit son monde s'effondrer. Les humains réclament leur dû. Ce n'est pas encore la révolution. Mais tous les ingrédients sont là. Yori, fin stratège, sait qu'il doit profiter de l'anarchie naissante pour reprendre la main. Et le seul moyen, selon lui, c'est de remettre un roi sur le trône. Un ogre. Or il n'en reste qu'un : Le Petit. Fils du roi, il n'a pas hérité de son gigantisme. Le Petit est plus grand que les hommes, mais plus petit que les ogres.

Le Grand homme entre roman et bande-dessinée

Passée la scène d'introduction, Hubert et Gatignol découpe leur histoire en chapitre. Ils imposent par ce biais, un texte au lecteur, qui contextualise leur histoire. Ce texte, c'est un portrait des protagonistes. Ceux que Le Petit, en fuite avec Sala une humaine dont il est amoureux, va croiser sur son chemin. Le scénariste et le dessinateur justifient leurs existences dans l'espace temps de cette BD. Ainsi, L'Ours, un homme aux cheveux longs et la moustache fournie. C'est lui qui sauve Le Petit d'un guet-apens tendu par les hommes de Yori. L'Ours, c'est le révolutionnaire qui rêve d'une société plus juste. C'est celui que l'on suit presque aveuglément. Celui qui sait qu'il ne peut y avoir de victoire sans art de la guerre, sans victimes.  

Conte fantastique

La saga des Ogres-dieux, c'est l'histoire d'une société moyen-âgeuse à bout de souffle qui rêve de renaissance et qu'Hubert revisite à la manière d'un conte fantastique. A un niveau différent, c'est un peu comme Les chroniques de San Franciso d'Armistead Maupin. Indépendamment, chaque personnage a son histoire, mais tous sont liés sans le savoir les uns aux autres. Ils nourrissent un récit plus global.  

Le Grand homme planche ed Soleil
Le Grand homme planche ed Soleil / Hubert & Gatignol

Scénariste ou dessinateur, qui suit l'autre ?

Le dessin de Gatignol surprend. Il y a un côté manga, avec ces visages tour à tour angéliques et diaboliques. On découvre aussi un côté tribal, Héroic Fantasy. Les Ogres-dieux se lit comme on dévore une série télé. Vous guettez la fin tout en redoutant qu'elle vous laisse orphelin lorsque sonnera la fin.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.