A l'occasion du Comic Con à la Villette à Paris, plongée au cœur de la BD américaine. Il y a les super héros, mais le comics ne se résume pas qu'à cela. C'est une forme de narration, ce sont des couleurs, un dessin explosif, et c'est aussi une façon de décrire et de critiquer la société de Donald Trump.

Joker Couv Ed Urban Comics
Joker Couv Ed Urban Comics © Brian Azzarello & Lee Bermejo

"Joker" - Brian Azzarello & Lee Bermejo chez Urban Comics

Forcément ! Avec la sortie du film de Todd Phillips, il fallait remettre l'un des plus grand ennemis de Batman au goût du jour. Et celui qui apparaît en couverture de cet album est effrayant. Ne sont montrés que la bouche et ce sourire glaçant avec ces dents teintées du rouge qui entoure ses lèvres. Le Joker est ainsi fait, rieur, cruel, monstrueux. Un homme est là pour l'accueillir à sa sortie de l'asile d'Arkham : Jonny Frost. C'est un voyou qui a perdu sa femme et qui cherche son camp dans la jungle malfaisante de Gotham. Ce sera le témoin de la renaissance du Joker.

Je croyais avoir laissé ma ville entre des mains compétentes. Mais ces mains ont desserré leur ceinture, baissé leur pantalon et fait un gros caca.

Joker Planche Ed Urban Comics
Joker Planche Ed Urban Comics / Brian Azzarello & Lee Bermejo

Pour reprendre Gotham, le Joker va faire du Joker : violence sans scrupule. Et personne, pas même les ennemis de Batman, Pingouin, Double Face ne lui résiste.  Batman lui, n'apparaît qu'à la fin de l'album. Les auteurs nous disent qu'il est le seul remède pour Gotham. Brian Azzarello et Lee Bermejo livre ici, un opus explosif. Sur papier glacé, avec un découpage où les cases se superposent, un dessin qui oscille entre plans de cinéma et des choses proches de photo. 

Ces deux auteurs aiment passionnément les méchants. En 2016, ils avaient proposé une version selon laquelle le vilain peut-être une sorte de lanceur d'alerte. Ainsi Lex Luthor qui n'a de cesse de dénoncer Superman, un super héros rigide qui détruit beaucoup au nom d'une paix somme toute vaine. Cette fois, le vilain est un monstre dans toute son horreur à une nuance près, toute petite, pile poil au milieu de l'album, on voit une larme couler sur le visage du Joker. 

Joker de Brian Azzarello et Lee Bermejo - Urban Comics collection Black Label

"Barrier" de Brian Vaughan, Marcos Martin et Muntsa Vicente

Barrier Couv Ed Urban Comics
Barrier Couv Ed Urban Comics / Brian K. Vaughan, Marcos Martin & Muntsa Vicente

Le comics est souvent associé aux super héros, mais ce n'est pas que cela. Barrier, c'est un récit en parallèle. Premier décor au Texas, à la frontière mexicaine. Liddy, jeune veuve, y possède un petit ranch dont elle essaie de préserver l'intégrité. 2nd chapitre, Oscar, Hondurien qui cherche à passer la frontière. Dans l'Amérique de Trump où les murs se dressent, les auteurs osent la rencontre et la critique. Ils proposent même une expérience linguistique surprenante. 

Tout au long de la BD, Liddy ne parlera qu'en anglais, traduit en français pour nous et Oscar qu'en espagnol. Mais les auteurs poussent le trait plus loin. Ils mêlent à cela une aventure onirique avec des créatures étranges, le tout avec des couleurs folles. Et toujours ce souci de l'esthétique à l'américaine qui vous accroche l’œil. L'idée n'est pas de rapprocher Liddy et Oscar que tout opposent, mais bien de faire en sorte de comprendre qui ils sont et d'où ils viennent. Surprenante métaphore de la société américaine actuelle. 

Barrier de Vaughan, Martin et Vincente - Urban Comics

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.