Comment raconter de la 2nde Guerre mondiale aux enfants à travers une fiction ? Sans montrer l'horreur de la guerre, mais en suggérant sa monstruosité ? C'est le pari fait par deux maisons d'édition. Le Lombard et Jungle à travers deux bandes-dessinées plutôt malignes.

Les enfants de la résistance couv ed Lombard
Les enfants de la résistance couv ed Lombard © Benoît Ers et Vincent Dugommier

Ces deux BD se ressemblent par leur contenu. Une histoire de la guerre et un dossier pédagogique à la fin. A chaque fois, une bande de gamins, vivant à la campagne, pendant l'occupation allemande.

Les Enfants de la Résistance de Benoît Ers et Vincent Dugommier

Le 4ème épisode nous propulse à l'hiver 1942. L'histoire commence avec une lettre anonyme envoyée à la Kommandantur et l'arrestation d'un notaire et de sa famille. François, Eusèbe et Lisa ne savent rien de ce qu'il se trame. Après bien des actes de bravoures dans les précédents épisodes, ils ont retrouvé leurs jeux d'enfants. Faire des caricature d'Hitler dans la neige, au nez et à la barbe des nazis, en attendant leur prochaine mission. A Guerchin, leur village, les choses ont changé. Il y a désormais des panneaux qui indiquent que le téléphone est interdit aux juifs. Des journaux sur lesquels on peut lire que le juif pille la France. Histoires de lâchetés ordinaires sous l'occupation. Mais nos trois compères sont toujours là pour réveiller les consciences, par des tracts, puis en essayant de trouver le corbeau qui a dénoncé le notaire, ou encore en portant des colis à la résistance. Ils ont d'ailleurs toutes les peines du monde à faire comprendre aux résistants qu'ils sont le lynx, un réseau à eux trois.

C'est ça ! Et moi je suis le Général de Gaulle !

Vincent Dugommier le scénariste prolonge l'histoire en faisant monter l'un d'eux à Paris, pour le rendre témoin de la rafle du Vel d'Hiv. Quand la fiction croise le drame, bien réel. Benoît Ers le dessinateur, coud des étoiles jaunes sur les vestes et laisse des chaussures sur un trottoir pour montrer la violence de l'évènement. Le scénario et le crayon très dessin animé pour enfant n'occultent rien. Ils sont là pour raconter l'ignoble d'une époque à des enfants. Les Enfants de la résistance aux éditions Le Lombard.

Le Réseau papillon, Dumanche et Otéro

Le Réseau papillon couv Jungle
Le Réseau papillon couv Jungle / Dumanche & Otero

L'histoire est dans la même veine. 2ème épisode. Automne 1940. François, Doc accompagnent Bouboule et le commis de son père à Paris pour livrer à manger à la famille. Paris commence à avoir faim. Au cours de cet épisode, nos trois gamins vont se retrouver au coeur d'un mouvement spontané d'étudiants et de lycéens. Une manifestation sous l'Arc de Triomphe, le 11 novembre, pour rappeler à l'occupant nazi, la défaite de 1918. La répression à l'époque, fut violente. Et comme Les Enfants de la résistance, Le Réseau papillon joue sur le même registre. Dessin haut en couleur, mais toujours à hauteur d'enfant et terriblement malin. Dans tout conflit, et on le voit encore ces jours ci, l'enfant n'est qu'une victime innocente de la folie meurtrière des adultes. S'ils pouvaient donner la leçon, gageons que les enfants d'aujourd'hui, auraient sûrement les traits de François, Eusèbe, Lisa, Gaston, Doc et Bouboule. Le Réseau papillon aux éditions Jungle

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.