La mort d'Albert Uderzo, le papa d' "Astérix et Obélix" nous oblige aujourd'hui à revoir notre lecture d'un classique de la bande dessinée. Le dessinateur avait un sens du détail hors du commun. "Astérix et Obélix", c'est une foule d'anecdotes et de clins d'oeil.

Albert Uderzo
Albert Uderzo © Getty / TV MAGAZINE

Relire Astérix et Obélix, c'est cheminer à travers une certaine histoire de France où la caricature n'est jamais bien loin. Souvenez Astérix en Corse : les Corses sont des taiseux. Ils ne sourient pas vraiment. Et leurs noms sont parfois extrêmement longs. Ocatarinétabellatchitchix, 25 lettres, c'est le nom le plus long de tous les personnages d'Astérix. Et la caricature se trouve aussi dans le dessin. Quand ils vont chez Les Belges, Astérix et Obélix croisent Nicotine qui a les traits d'Anny Cordy. Dans Astérix et Cléopâtre, la belle Cléopâtre et son si joli nez, a les traits de Liz Taylor. Et ainsi de suite. Sean Connery sera zéro zéro six, Kirk Douglas Spartakis. A vos albums maintenant et à vous de les retrouver. Car il n'y a pas qu'eux. Il y aussi Raimu, Blier, Ventura, Gabin ou encore Laurel et Hardy qui ont inspiré les personnages d'Astérix et Obélix.

La potion magique

Elément essentiel de l'histoire, la potion magique. Dans Astérix et Cléopâtre, Obélix a le droit pour une fois à une goutte de potion pour sortir d'une pyramide. Souvenez-vous aussi de La Grande Traversée, Astérix et Obélix vont pêcher du poisson frais car d'après Panoramix, c'est un ingrédient crucial pour la potion. En fait, ils traversent l'Atlantique et se retrouvent face à une étrange tribu. Une bonne baffe et ce sont des étoiles qui tournent autour de la tête. Clin d'oeil au drapeau américain. Et que dire d'Idéfix qui apparaît pour la première fois dans Le Tour de Gaulle. C'est Obélix qui le découvre à la sortie d'une boutique

Un dessin génial mais aussi complexe à réaliser

Steve Cuzor, le dessinateur de Cinq branches de Coton noir chez Aire Libre, découvre Astérix et Obélix enfant. A l'époque, c'était un album à Noël ou aux anniversaires. Il découvre Uderzo dans un reportage. Et là c'est le déclic. La façon dont dessine Uderzo lui donne l'envie de faire pareil. Uderzo, c'est le guide, crayon en main : "C'est l'élégance, une finesse très dure à choper. Tu vois pas quelqu'un qui est train d'essayer de bien faire. Il balance un geste comme ça et c'est d'un naturel phénoménal. On bosse tous à travailler ce geste. Tout d'un coup ta main elle t'échappe et c'est une espèce de chorégraphie sur papier.

Il faut vraiment prendre le temps de re-regarder, relire les albums dessinés par Uderzo. C'est une mine.

La leçon de dessin d'Uderzo : Comment dessiner Astérix ? 

LIRE | Bande dessinée : Que lire au temps du coronavirus ? Dix BD (et plus) pour tenir un confinement

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.