"Aquarica", de Benoît Sokal et François Schuiten, est une fable digne de Jules Verne.

Détail de la couverture d'"Aquarica" de Benoît Sokal et François Schuiten
Détail de la couverture d'"Aquarica" de Benoît Sokal et François Schuiten © Rue de Sèvres

Roodhaven 1930.  Eddy Mc Bain est un vieux marin. Après une soirée arrosée avec ses anciens compagnons d'armes, il sort du pub, une canne à la main pour ne pas tituber...
Il avance vers la mer pour se soulager...

Quelque chose d'informe lui fait face... 

Un monstre avec des pinces s'est échoué sur la plage.

Sur le flanc du crustacé géant, une inscription : l'enseigne du Golden Licorne.

Le Golden Licorne était le plus grand baleinier de la flotte de Roodhaven. Il a disparu en mer avec ses marins il y a 20 ans.

Les survivants disent avoir été victimes de l'attaque d'une baleine géante.

Mais comment l'enseigne du navire a pu se retrouver sur ce monstre gluant ? 

La nouvelle va se répandre rapidement au-delà du Roodhaven, jusqu'à l'Institut des sciences de la mer qui décide d'envoyer sur place John Greyford, un jeune scientifique. Ce dernier va pénétrer à l’intérieur du monstre, et y découvrir un messager : une femme, Aquarica, qui vient chercher de l'aide.

Le monde dans lequel elle vit est en train de changer.

C'est un île découverte par un de ses ancêtres. Mais cette île n'est pas comme les autres.

Ses sols sont verdoyants, il y a des arbres, du sable, il y a une vie sur ce petit paradis. Mais quand on creuse, on se rend compte que le sol est dur comme du cuir. 

Cette île repose sur le dos d'une baleine géante 

Une baleine qui commence à bouger. Elle semble souffrir. Il faut la sauver.     

Au fil des pages, Sokal et Schuiten vous donnent les clés de ce récit écologique.

Roodhaven est sombre. L'île est lumineuse. La mer s'emporte. Il pleut sur terre...

Le monstre et les navires semblent sortir tout droit d'un roman de Jules Verne avec leurs côtés steampunk qui allient esthétique et technologie.

Les auteurs posent l'histoire en 1930. Mais comment ne pas y voir une métaphore du monde d'aujourd'hui, avec le réchauffement climatique et ses conséquences ? Une belle petite claque.

►► Aquarica, tome 1, Roodhaven, est publié aux éditions rue de Sèvres.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.