Imaginez une princesse qui ne serait pas qu'une potiche. Une Jeanne d'Arc au sang bleu. L'Âge d'or est une épopée médiévale où l'héroïne est une femme. Tilda va découvrir son destin à la mort de son père.

L'Âge d'or Couv Ed Aire Libre
L'Âge d'or Couv Ed Aire Libre © Cyril Pedrosa

Le Roi est mort. Vive le Roi. Tilda se recueille sur le lit de son défunt père. Les funérailles n'ont pas encore été célébrées que déjà l'on se dispute le trône. C'est pourtant elle qu'il a désigné. Mais les seigneurs des contrées avoisinantes complotent. A regarder Loys de Vaudémont avancer au milieu de la grande salle du château, on devine sa puissance.

Ne prenez pas trop vos aises Tankred, le pouvoir est volatile

Dans ce bal des hypocrites, Tankred et son page Bertil sont bien les seuls à soutenir la princesse Tilda. Chacun son camp. 

Ainsi donc commence L'Âge d'or, dans une ambiance de fin de règne, où les traîtres sont bien souvent des opportunistes. A Tilda, jeune héritière d'un royaume en ruine, proche de ses sujets, on préfère donc son jeune frère à qui l'on flanque Loys de Vaudemont pour régent. Fin de la première partie.

L'exil de Tilda

Tout en déroulant leur histoire, Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil fonctionnent par séquences. Tilda va au devant de son destin. Cette jeune femme au nez retroussé, à la frange droite et au corps longiligne, n'est pas une héroïne va-t'en guerre. Pas encore... Elle est obligée de se plier à la loi du plus fort. Ce sera l'exil. 

Mais cette princesse dont les traits font penser à ceux des vieux dessins animés de Disney type Merlin l'Enchanteur, est en fait, une femme très moderne. Sauvée de ses geôliers par le sage Tankred et le valeureux Bertil, son exil sera de courte durée. La fuite les conduira tout d'abord jusqu'à une communauté de femmes qui vit en autosuffisance. Une micro-société, une utopie loin des enjeux de pouvoirs. Si on s'en amusait, on appellerait ça une ZAD. 

L'Âge d'or, BD militante

L'Âge d'or Planche Ed Aire Libre
L'Âge d'or Planche Ed Aire Libre / Cyril Pedrosa

Au milieu d'un dessin ébouriffant avec des corps imparfaits, des doubles pages, des fresques à cheval, et de couleurs flamboyantes, Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil glissent des messages. Tilda est une féministe à sa manière. C'est elle qui dirige l'expédition. Qu'est-ce qui la pousse ? La reconquête du pouvoir ? L'Âge d'or conclue sa première partie sur toutes ces interrogations et laisse entrevoir un deuxième volume palpitant...

Aller plus loin

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.