L'histoire vraie de ce sniper américain qui détient le record du nombre de personnes tuées en Irak, entre 2004 et 2008 et qui fut tué sur un stand de tir aux Etats-Unis, par Eddy Ray Routh, ancien marine, victime de stress post-traumatique. Nury au sommet de son art de scénariste documentaire.

L'homme qui tua Chris Kyle Couv Ed. Dargaud
L'homme qui tua Chris Kyle Couv Ed. Dargaud © Nury & Brüno

C'est un double portrait qui est brossé par les auteurs. Celui qui tua et celui qui a tué. Le premier est à n'en pas douter aux yeux des Américains, un héros. De ceux qui portent haut et fier le drapeau américain, de ceux qui font une légende. Fabien Nury et Brüno présentent Chris Kyle comme tel dès les premières pages. Un homme seul, fusil en main, marchant dans un champ de ruines, des corps disséminés ça et là. Rarement vous ne verrez ses yeux. Brüno a pris soin de les masquer par des lunettes noires ou par l'ombre de sa casquette. Chris Kyle est le recordman du nombre de tués homologués dans toute l'histoire américaine. 160 tués confirmés. Ce qui revient à tuer une personne par semaine pendant trois ans. 

Celui qui tua et celui qui a tué

L'homme qui tua Chris Kyle Planche Ed. Dargaud
L'homme qui tua Chris Kyle Planche Ed. Dargaud / Nury & Brüno

-Le second portrait est celui d'Eddie Ray Routh, 25 ans. Il s'est engagé chez les Marines à 18 ans. Lui aussi est allé à Bagdad, où il a été armurier. Les premières planches le montre mal rasé, pas coiffé, en train de fumer du cannabis. C'est l'antihéros, le mal aimé, l'homme perdu. De ceux que l'Amérique n'a pas su protéger à leur retour de mission. Outre l'Irak, Eddie Ray Routh a vécu l'expérience traumatisante d'un séjour en Haïti à récupérer les corps après le tremblement de terre de 2010. Pour présenter ces deux hommes, il y a donc un texte simple, épuré, écriture journalistique. Et le dessin de Brüno, froid, à plat, sans grand détails, qui donne l'impression par ses plans, ses cadres, de regarder un documentaire.

Le militaire héros et le militaire perdu

L'homme qui tua Chris Kyle Planche Ed. Dargaud
L'homme qui tua Chris Kyle Planche Ed. Dargaud / Nury & Brüno

Chris Kyle, sa femme Taya, ses enfants, ses amis, son entreprise de sécurité, ses actions pour aider les anciens d'Irak à renouer avec la vie. Chris Kyle, dont le livre Américan Sniper sorti en 2012, est un best-seller. L'ancien Navy Seal fait la tournée des plateaux télés. Il fait le job : "Je devais protéger les marines." Son regard est fixe, son récit clinique. Son seul regret ? Tous les gens qu'il n'a pas pu sauver. Militaire un jour, militaire toujours. Eddie Ray Routh lui, boit, fume. Il a menacé d'abattre des membres de sa famille et de se tuer. Il a retenu en otages sa petite amie et sa colocataire. Il est interné de temps à autre. 

On suit le parcours des deux hommes, jusqu'à ce qu'ils se croisent. C'est la mère d'Eddie qui a demandé à Chris Kyle de l'aider. Comme un rapport de police, les auteurs décrivent en mots et en dessins les derniers instants, mais aussi la suite, l'hommage national à Chris Kyle, la belle veuve télégénique, qui se bat pour la mémoire de son mari, le procès où Eddie Ray Routh apparaît gros et silencieux.

Fabien Nury et Brüno livrent un récit très documenté, où chaque mot retranscrit, est pesé, où les dialogues, les interviews télés, sont retranscrits presque tels quels. Plus qu'un documentaire, ce roman graphique montre aussi sans jamais le dire, le visage de ces soldats américains que Washington n'a pas su aider à leur retour. Ce sont des hommes traumatisés. Ils montrent une Amérique amoureuse des armes. Ils donnent aussi à voir ce qu'Hollywood a fait de cette histoire avec le film de Clint Eastwood tiré du livre de Chris Kyle Américan Snipper. Point d'orgue, chaque séquence de ce roman graphique est ponctuée d'une réplique de Clint Eastwood dans un de ses films. 

Qui a tué Kris Kyle de Nury et Brüno, paru chez Dargaud.

ALLER PLUS LOIN

Brunö : Comment dessiner L'Homme qui tua Chris Kyle, la leçon de dessin confinée

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.