Quand on lui parle de poisson, la libido de Maïa monte en flèche. Il faut dire que les poissons peuvent produire un apport en sexe assez incroyable grâce… à des dildo en verre ressemblant à des carpes koï, des vaginettes à museau de murènes, des sardines vibrantes et un suceur de clitoris en forme de poisson !

Coucher avec des poissons ? Pas de soucis ! Quand aucune thématique n'échappe au sexe
Coucher avec des poissons ? Pas de soucis ! Quand aucune thématique n'échappe au sexe © Getty / Yuri_Arcurs

Le poisson, les sirènes et le sexe ne font qu'un ! 

Le sexe et les poissons, c'est une longue histoire. Le chanteur Renaud en parlait déjà en 1983 : "La mer, c'est dégueulasse, les poissons baisent dedans".

Alors bien sûr, ça date un peu mais regardons l'actualité, par exemple, dans le milieu de l'édition. Rien que la semaine dernière, on a vu débouler en librairie Toutes les femmes sont des sirènes, elles pensent avec leur queue", un roman érotique signé Julien Palombe et Histoire d'une huître, comment j'ai failli rater ma vie sexuelle, une bande dessinée de Cualli Carnago

Un peu avant ça, en 2017, le film La forme de l'eau de Guillermo del Toro, obtient le Lion d'or à la Mostra de Venise et quatre Oscars, dont celui du meilleur film. 

Pour rappel, La forme de l'eau racontait l'histoire d'amour entre une femme et un homme poisson. Histoire incluant évidemment une scène de sexe aussi torride que déroutante. Mais bon sang, qu'est-ce qui lui fait défaut ? Faut-il écailler ses amants poissons avant consommation ? J'aurais dû demander à Grégory Cohen tout à l'heure. 

Bref, autant de questions qui rappellent notre millénaire fascination pour les sirènes et les tritons. Si ces créatures nous attirent autant, est-ce parce qu'on leur prête une sexualité abrasive qui fait mal ou au contraire, une sexualité sublimée par l'absence d'organes génitaux ? Vaste question !

De la fiction, du fantasme ? Si vous voulez coucher avec des poissons, pas de soucis !

Oui, et pourtant, pour se rapprocher de ces fantasmes en vrai dans nos chambres à coucher, on peut le faire, par exemple avec les sextoy : si vous voulez coucher avec des poissons, pas de soucis, vous trouverez des dildo en verre ressemblant furieusement à des carpes koï, des vaginettes à museau de murènes, des sardines vibrantes et mon préféré, un suceur de clitoris en forme de poisson, accessible pour la modique somme de 590 dollars l'unité. Les loisirs aquatiques, c'est sûr, ce n'est pas donné.

Moins cher : vous trouverez en ligne des fan-fictions dédiées aux "Dents de la mer", une iconographie pléthorique dédiée aux étreintes avec des poulpes, des tas de films d'animation japonais à base de tentacules et un truc que, personnellement, j'adore le gel nuru. Ça s'achète en poudre ou en flacon. C'est une huile de massage vraiment lubrifiante, fabriquée à base d'algues. Je vous recommande d'essayer. C'est super efficace, franchement rigolo et vous comprendrez le sens et l'intérêt érotique de l'expression en glissant comme une anguille.

Dans le monde du sexe liquide, tout est possible

Oui, sur Internet, on appelle ça la règle 34 : tout objet existant ou imaginable existe aussi en version pornographique. 

On peut le déplorer ou trouver ça embarrassant, mais moi, je trouve ça génial. Déjà, parce que ça signifie que notre imagination est sans limite et on va en avoir besoin avec le nouveau confinement. Mais aussi, ça signifie que notre pouvoir désirant est sans limites, et cette libido collective constamment renouvelée, absurde, foutraque, elle est plus profonde que les océans, elle remonte les fleuves les plus puissants, elle se fiche des courants contraires et nous entraîne encore et encore en eaux troubles. 

Et pour ceux qui ont la flemme, ils et elles pourront toujours faire l'étoile de mer.

L'équipe