Cette semaine, MaÏa Mazaurette répond à une nouvelle question de Jean-Patrick qui s'interroge sur la "gestion" de son érection.

Cette semaine Jean-Patrick est un grand romantique, il devient impuissant dès qu’il tombe amoureux. Il me demande, tout simplement : 

« Comment gérer son érection ? »

Ah, Jean-Patrick, vous envoyez du rêve avec votre histoire de gestion, dites-moi ! J’ai l’impression d’être à la Cogip. J’imagine déjà notre aventure ensemble : je pensais être votre âme-sœur, je deviens une ressource humaine, on passe par le service compta pour optimiser notre mariage, lune de miel en Suisse pour dire coucou au fiscaliste, et puis après, la dolce vita, formation continue domestique, bilan de compétences érotiques... La vache. 

Est-ce que les érections se gèrent ? Soyons plus contemporains même… Les érections sont-elles un bien essentiel ? 

Je suis désolée, Jean-Patrick, vous espériez sans doute un contrôle technique, et bien sûr, je peux faire ça aussi : pendant les rapports, concentrez-vous sur votre respiration, contractez votre périnée, délocalisez le rapport sexuel de vos zones érogènes, prenez du viagra, utilisez un cockring, partez en courant, jetez-vous dans la Seine, tout ça marchera. 

Mais. Sérieux, Jean-Patrick, vous êtes amoureux, ça n’arrive pas tous les jours, vous ne voulez pas accepter d’être ému ? Vous ne trouvez pas ça logique que face à l’émotion, la mécanique s’enraye ? Parce que franchement, si l’émotion n’enraye que dalle, ça ressemble fichtrement à de l’indifférence ou à un non-événement. Face à l’amour, Jean-Patrick, c’est peut-être plus important d’être impuissant que d’être puissant - sinon il ne se passe rien.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés