Maïa nous raconte les questions qu'elle reçoit dans ses courriers du coeur

Courrier que je reçois en abondance, puisque j'écris depuis quinze ans sur la sexualité - oui, comme dans Sex & The City... donc je dis courrier du cœur pour être gracieuse, mais anatomiquement, il faut descendre d'un cran, direction la cour des miracles. 

Concrètement, quand on traite un sujet aussi concernant, on reçoit plein de confessions et de questions, auxquelles il faut répondre en buvant du thé vert, pour la bienveillance, et de l'alcool à 90, pour oublier. 

Ceci dit, 99% des messages que je reçois sont adorables... ce sont les 1% restants qui me turlupinent – et auxquels je répondrai ici, chaque semaine. Il s'agit donc, je précise, des vrais messages de mon vrai bêtisier personnel. Allez ! 

On commence avec Jean-Patrick qui m'écrit sur Twitter : « J'ai un sexe énorme, peut-on discuter ? Bonjour. Peut-on discuter ? Coucou. Peut-on discuter ? Vous n'avez pas répondu. »

Et des messages comme celui là, j’en reçois des milliers. 

Et je dis Jean-Patrick mais ça pourrait être Jean-Daniel, Jean-Nagui ou Jean-Helene de Fougerolles, toutes et tous assaillis d'amples interrogations face au problème de masse que constitue un sexe énorme. 

Et moi, quand je reçois ça, déjà je transfère tout de suite ce message à Leila mais  je rappelle quand même qu'un pénis moyen au repos fait 9 cm, en érection 13 cm, 13 virgule 12 pour les pin-ailleurs. 

Ne faites pas cette tête Messieurs, ce sont les données 2015 du King's College de Londres, tirés de la plus sérieuse étude jamais sortie sur la question. 

On y apprend d'ailleurs que seuls 2% des hommes ont un pénis de 16 cm, et c'est une courbe en cloche, donc quand on atteint les 18 ou 20 cm, il n'y a quasiment plus personne. 

D'où une observation : en terme de prévalence statistique, il y a eu plus de candidats à la mairie de Paris que de Jean-Patrick – sachant qu'il n'y a pas doublon, puisque Benjamin Griveaux ne m’a jamais envoyé de sms. 

Du coup, mathématiquement, c'est pas le pénis qui est énorme, c'est la coïncidence. A moins que tous les Jean-Patrick soient membres d'une même famille atteinte de dysmorphie génitale, auquel cas il faut appeler 1) une ambulance, 2) Rocco Siffredi, pour lui annoncer qu’il peut prendre sa retraite.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.