Dans cette chronique, Maïa Mazaurette répond à une nouvelle question de Jean-Patrick : avec le Covid, sa copine a perdu le goût et l'odorat et il voudrait savoir s'il pourrait en profiter pour arrêter de se laver le pénis.

Cette semaine, Jean-Patrick me demande sur Instagram : « Avec le Covid, ma copine a perdu le goût et l’odorat : puis-je m’abstenir de me laver le pénis ? »

Eh bien, merci de l’avoir posée Jean-Patrick, l’esprit de Noël bat son plein… J'en profite pour faire un bisou aux personnes actuellement occupées à fourrer la dinde, clairement cette chronique est pour vous.

Alors, cher Jean-Patrick. Je suis au regret de vous informer qu’en l’état actuel des connaissances médicales, le Covid ne vaccine pas contre les mycoses génitales - ni chez les femmes… Ni chez les hommes. Je sais bien qu’on est en pleine saison des champignons, mais de là à les servir en velouté ou en bouchées à la reine, ça n’ira pas du tout...

Et ne parlons pas du reste : votre idée, c’est une startup de bactéries, un plan de développement durable des macérations, donc même si vous plaisantez, attention aux retours de karma, comme le disait d'ailleurs très justement le Bouddha lui-même : « l’univers est une illusion, jusqu’au moment où l’univers gratte à l’entrejambe ».

Leïla : Mais Jean-Patrick parlait spécifiquement du confort de sa copine.

C'est tout à son honneur, mais je sens qu'il ne va pas aimer ma réponse : Jean-Patrick, si votre copine a perdu son goût et son odorat, elle a probablement perdu sa libido. Vous demandez s'il faut s'abstenir de laver votre pénis, mais vous feriez mieux de demander s'il faut s'abstenir tout court – et la réponse est oui. Sous le sapin, la ceinture, plaisir d’offrir, fin de non-recevoir. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés