Nous n’arrêterons jamais d’informer librement. Le Parlement examine une proposition de loi relative à la "sécurité globale" présentée par des députés de la majorité gouvernementale, cette proposition de loi porte lourdement atteinte à des libertés et droits fondamentaux, notamment celui d'informer.

Rassemblement contre #sécuritéglobale
Rassemblement contre #sécuritéglobale © Radio France / Antoine Chao

Depuis plusieurs jours, la contestation monte contre ce texte, porté par les députés La République en marche Alice Thourot (Drôme) et Jean-Michel Fauvergue (Seine-et-Marne), au sein des sociétés de journalistes de la plupart des médias français, de syndicats et d'ONG et associations de défense de droits humains qui ont signé une tribune commune. 

En cause notamment, l’article 24, ajouté par le gouvernement, qui prévoit un an d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende pour sanctionner 

le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police ».

Voir l'Appel de la Ligue des droits de l'Homme

Le nouveau Schéma National du Maintien de l’Ordre (SNMO) dégainé il y deux mois par le ministre de l'intérieur à aussi mis le feu aux poudres  

Un rassemblement a eu lieu le mardi 17 novembre devant l'Assemblée nationale à l'appel  (cf Bastamag) et une deuxième mobilisation nationale est prévue samedi 21 novembre. Et oui, on a bien le droit, malgré le confinement, de manifester son mécontentement  dans la rue, même si le ministère de l’intérieur ne propose pas la case à cet effet sur l’attestation de déplacement dérogatoire mis en ligne pas ses soins … par contre le site de la LDH le propose, ça pourra servir pour participer aux   rassemblements prévu demain, samedi 21 novembre un peu partout en France et surtout sans demander pour les journalistes d'accréditation à la préfecture, carte de presse ou pas ….

Notamment, à Paris 14h30 sur le parvis des libertés et des droits de l’Homme place du Trocadéro 

à Limoges 11h devant la préfecture 

à Lille 11h Place de la République

à Angoulême à 16h devant le Palais de Justice, etc.

Téléchargez l’attestation de déplacement dérogatoire « pour se rendre à une manifestation » proposée par la  LDH (cf  manifester en temps de confinement )

Merci à Sarah Massoud du Syndicat de la magistrature 

ainsi qu'à NnoMan et Louis Witter

Musique R WAN - Le CRS mélomane 

Réalisation Jérôme Chélius 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.