La mobilisation continue de plus belle contre la proposition de Loi "Sécurité globale"

Nuit de la honte République le 23 novembre 2020.
Nuit de la honte République le 23 novembre 2020. © Radio France / Antoine Chao

Après la publication par le journaliste David Perrotin sur le media en  ligne Loopsider, des images du tabassage sauvage d'un homme, Michel Zecler, par des  policiers dans le 17 ème arrondissement de Paris , la colère est  d'autant plus vive contre l'article 24 de cette loi qui participerait à invisibiliser les violences policières.
La mobilisation a commencé mardi 17 novembre devant l'assemblé national,  suivie samedi 21 de rassemblements un peu partout en France, d'un rdv avorté avec le ministre de l'intérieur Gérald Darmanin, place Beauvau, lundi 23, avec le soir même, la violente  évacuation d'un campement de réfugiés place de la République à Paris, si l'on y rajoute l'annonce du renvoi aux assises des policiers poursuivis  dans l'affaire Théo et l'avis accablant rendu par la défenseur des droits Claire Hédon, ça en fait des bonnes raisons pour exiger le retrait de cette proposition de loi liberticide et controversée.

Avec Taha Bouhafs, David Dufresne, Anthony Bellanger (Secrétaire général de la Fédération internationale des journalistes), Fatou Dieng du collectif Vies Volées 

La lettre à castex:  Une quarantaine de sociétés de journalistes et de rédacteurs de la  presse nationale, régionale, de l’audiovisuel et du Web demandent le  retrait des articles 21, 22 et 24 de la loi sur la Sécurité globale. Elles expliquent dans cette lettre au premier ministre pourquoi elles  ont refusé son invitation à le rencontrer à Matignon jeudi 26 novembre.

Un nouvel appel à mobilisation est lancé pour pariciper participer aux Marches des Libertés, samedi 28 novembre, partout en France ( voir la liste sur LDH-france.org)

Musique: La Fanfare Invisible 

Réalisation: Jérôme Chélius

C'est bientôt demain, on se retrouve vendredi prochain à l'antenne ou en podcast

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.