« L’après M » est un fast-social-food, un restaurant social et solidaire implanté depuis le début de la crise sanitaire dans les locaux occupés du McDonald’s de Saint-Barthélémy à Marseille.

Le Jardin de l'Après M
Le Jardin de l'Après M © Radio France / Antoine Chao

L’Après M en toutes lettres lumineuses détonne sur le toit de l’ancien fast-food occupé, devenu fast-social-food et repeint joyeusement en rose, bleu et violet, sur le bord du rond-point de la rocade L2 de Sainte-Marthe, dans les quartiers nord de Marseille. On y retrouve Kamel, Fathi, Warda et Badis en pleine distribution alimentaire…

Le foot
Le foot © Radio France / Antoine Chao

Placé en liquidation judiciaire en décembre 2019 et réquisitionné depuis le début de la crise sanitaire, le restaurant  McDonald’s de Saint-Barthélemy  est devenu l’Après M et a aidé plus de 100 000 personnes dans le besoin en distribuant des colis alimentaires. Un nom qui symbolise le monde d’après McDo, dans une approche solidaire et participative. Aujourd’hui, cette plateforme d’entraide voit plus loin.

La Société Citoyenne Immobilière La part du peuple est une association à but non lucratif dont l'ensemble des adhérents contribuent à acquérir et reprendre la maîtrise légale des bâtiments, des terrains et du matériel de l'ex McDonald’s.
 

La revue de presse murale

La revue de presse
La revue de presse © Radio France / Antoine Chao

Revue de presse :

  • McDonald’s In Marseille Turned Into Food Base To Help Needy – Forbes /Alex Ledsom
  • Yes, There Is a French McDonald’s That Is Beloved (by Its Staff) – New York Times/Adam Nossiter
  • La ville de Marseille rachète le « McDo solidaire » - Le Monde / Gilles Rof
  • "Le maire socialiste, Benoît Payan, annonce sa décision de préempter l’ex-restaurant, toujours occupé par ses anciens salariés." 
  • Marseille : Le McDo Saint-Barthélemy de retour en grève – La Marseillaise/ Paul Goiffon
  • "Les salariés du McDo de Saint-Barthélemy reprennent la lutte  avec une grève illimitée. Ils réclament le départ de leur franchisé et espèrent un « vrai » dialogue social." 

Musiques : Imothep

Réalisation : Étienne Bertin

Programmation musicale