Et si cette année on ne parlait plus de piratage massif de données personnelles, de la fin de la neutralité du net, des danger de l’intelligence artificielle, de la spéculation du Bitcoin, ou encore des Fake News.

Il est clair que certains combats sont peut-être encore compliqués ou en tout cas qu'il est encore un peu tôt pour les mener mais d’autres sont sur la bonne voie et cela donne de l'espoir pour le reste. Prenons l’exemple de l’obsolescence programmée : Tous ces objets électroniques que les fabricants rendent volontairement inutilisables au bout de seulement quelques années d'utilisation. Jusqu'ici, pour nous utilisateurs, on se disait qu'il n'y avait pas grand chose à faire. Mais cela pourrait bien changer en 2018. Les exemples récents des téléphones d'Apple et des cartouches Epson sont peut-être le début d’autres cas similaires. Pour ce qui est d'Epson, une enquête est en cours en France suite à la plainte de l'association Halte à l'Obsolescence programmée sur ses cartouches d'encre. Apple, accusé de ralentir volontairement les anciens Iphones, a dû faire face en quelques jours, à une quinzaine d'actions de groupes et de plaintes déposés contre elle partout dans le monde. Et même si les plaintes n'aboutissent pas, le mécontentement, la perte de confiance des utilisateurs pourraient pousser les fabricants à changer de stratégie. Sachant qu'au delà des consommateurs c'est aussi la planète qu'ils doivent ménager.

Autre bonne résolution : celle autour de la protection des données personnelles

Et si, en 2018, nos amis des GAFAM et consort devenaient un peu plus transparents sur l'utilisation de nos données personnelles? Ils ont tout de même fait quelques efforts ces dernières années. Aujourd'hui, que ce soit Facebook ou Google, vous avez des outils à votre disposition pour contrôler un peu plus les données que vous produisez. Ils ne sont certes pas toujours évidents à trouver mais ils ont le mérite d'exister. C'est La multiplications des condamnations, amendes, ou mises en demeure principalement en Europe qui ont poussé les plateformes à être un peu plus transparentes. Mais tout est encore loin d'être parfait. Par exemple, juste avant les vacances de Noël, la CNIL (le gendarme français des données personnelles) a mis en demeure WhatsApp. L'application est accusée de transmettre les données de ses utilisateurs à son propriétaire Facebook , sans que ceux-ci ne soient au courant.

Mais les choses devraient s'accélérer à partir du 25 Mai 2018, date d'entrée en vigueur du RGPD, le règlement européen sur la protection des données personnelles. Un texte qui responsabilise beaucoup plus fortement les entreprises et qui surtout donne de véritable pouvoirs de sanctions aux CNIL européennes.  Jusqu'ici, par exemple, en France l'amende maximale était de 150 000 euros. Elle pourra aller jusqu'à 4% du chiffre d'affaires de l'entreprise mise en cause. Si on prend celui de Facebook en 2016, l'amende pourrait potentiellement être d'un milliard d'Euros. 

Vous l'avez compris je parle de bonnes résolutions mais c'est plutôt des résolutions imposées par des lois, le travail d'associations, de lanceur d'alerte... On a beaucoup parlé ces dernières années de la surpuissance des plateformes numériques avec souvent un certain fatalisme et bien j'ai envie de croire très naïvement que l'année 2018 sera justement l'année où nous reprenons la main sur ces géants.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.